France-L'Assemblée refuse une hausse massive du prix du tabac

le
2

(Actualisé avec vote) PARIS, 22 octobre (Reuters) - L'Assemblée nationale a refusé jeudi d'augmenter de façon massive le prix du tabac l'an prochain comme le souhaitaient certains députés de la majorité au nom de la santé publique, suivant en cela l'avis du gouvernement socialiste. Les députés ont rejeté des amendements de la députée socialiste Michèle Delaunay, cancérologue de profession, qui visaient à augmenter de 30% le prix du tabac à rouler et d'un euro le prix du paquet de cigarettes afin de parvenir d'ici trois ans "au seuil psychologique" de 10 euros le paquet. La députée socialiste de la Gironde, soutenue par une cinquantaine de ses collègues socialistes et écologistes, a rappelé que chaque année le tabac tuait en France 79.000 personnes, soit "220 personnes par jour". Elle a affirmé que le coût global du tabac pour la société était de 120,4 milliards d'euros par an, "soit dix fois le déficit de la Sécurité sociale (régime général et FESV) qui s'élève à 13 milliards d'euros en 2015". Mais le gouvernement s'est opposé à ces amendements, comme le proposait également un rapport présenté mardi dernier par un groupe de travail du groupe PS présidé par le député PS Frédéric Barbier sur l'avenir des buralistes. Dans la première mouture du PLFSS présentée le 24 septembre, il était prévu que les moyens des établissements et services médico-sociaux accueillant des personnes âgées dépendantes ou des handicapés seraient renforcés grâce à des recettes incluant une hausse des droits sur le tabac. ( ID:nL5N11U0SL ) Les partisans d'une augmentation du prix du tabac ont accusé l'exécutif de vouloir ménager les buralistes et les fumeurs à moins de trois mois des élections régionales. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, tout en constatant que les mesures de hausses de prix du tabac avaient un effet positif sur la lutte contre tabagisme, a jugé qu'il convenait d'attendre les résultats de son plan national de réduction du tabagisme lancé l'an passé. Elle a insisté sur la nécessité de faire voter avant la fin de l'année une des dispositions phares de son texte sur la santé qui prévoit la mise en place du "paquet neutre" de cigarettes en mai 2016 sur lequel apparaîtront des photos d'organes endommagés par le tabac, la marque étant écrite en petits caractères. Cette disposition est vivement dénoncée par les cigarettiers et les buralistes et le Sénat, où la droite est majoritaire, l'a massivement rejetée le 6 octobre. La disposition relative au paquet neutre devrait être réintroduite par le gouvernement lors de la nouvelle lecture du projet de loi santé par les députés à la mi-novembre et être définitivement adoptée avant la fin décembre par le Parlement, l'Assemblée ayant constitutionnellement le dernier mot. (Emile Picy, avec Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Revlon9 le mardi 3 nov 2015 à 13:21

    Le coût du tabac est une goutte d'eau à coté du coût pharaonique des indemnités et régimes spéciaux de ces "élus" en tout genre !

  • bearnhar le mercredi 28 oct 2015 à 14:35

    Dommage, cela aurait pu financer les retraites...mouarf

Partenaires Taux