France-L'allemand bénéficiera de la réforme, dit Vallaud-Belkacem

le
0

PARIS, 30 avril (Reuters) - L'allemand sera l'un des bénéficiaires de la réforme du collège, a assuré jeudi la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, alors que les détracteurs du texte et Berlin disent redouter un affaiblissement de son apprentissage. La France s'efforce de rassurer Berlin sur la réforme, qui prévoit notamment la disparition des classes "bilangues", dans lesquelles l'apprentissage de deux langues vivantes, souvent l'anglais et l'allemand, est prévu dès la classe de 6e, au profit d'un apprentissage de la deuxième langue vivante (LV2) généralisé en 5e, donc avancé d'un an. ID:nL5N0XQ56R L'Allemagne dit redouter que l'espagnol soit favorisé par ce dispositif. Najat Vallaud-Belkacem affirme pour sa part que l'allemand sera renforcé parce qu'il pourra être appris plus tôt par plus de collégiens, voire dès le primaire. "Que dis la réforme du collège sur les langues ? Elle dit : 'nous avançons d'un an l'apprentissage de la langue vivante 2'. L'allemand va en bénéficier car le fait de commencer en 5e pour l'ensemble des collégiens, ça voudra dire 54 heures de plus de LV2", a-t-elle déclaré sur RTL. "C'est évidemment un gain pour les LV2. C'est même, s'agissant de l'allemand, un double gain puisque dans la réforme nous prévoyons que nous promouvrons l'apprentissage de l'allemand et des autres langues que l'anglais en LV1 en classe de CP", a-t-elle ajouté, en soulignant qu'actuellement 98% des élèves du primaire apprennent l'anglais. Najat Vallaud-Belkacem a par ailleurs répliqué aux critiques portant sur l'enseignement du latin et du grec, qui vont perdre leur statut d'option et devenir des "enseignements pratiques interdisciplinaires", avec un accès potentiellement élargi mais moins d'heures par élève, jugeant que les opposants défendaient une approche élitiste de l'éducation. "Le latin, qui était jusqu'à présent réservé à 20% d'élèves, (sera) désormais généralisé", a-t-elle déclaré. "En réalité, ce qui gêne, c'est qu'on puisse rendre accessible à tous les collégiens des choses qui jusqu'à présent n'étaient réservés qu'à 15% d'entre eux, parce que ça leur fait perdre un avantage comparatif." (Gregory Blachier, édité par Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant