France-L'affaire Thévenoud est un coup dur, juge Vallaud-Belkacem

le
6

PARIS, 5 septembre (Reuters) - La démission du secrétaire d'Etat au Commerce extérieur Thomas Thévenoud, liée à des problèmes fiscaux, est un coup dur pour le gouvernement, a estimé vendredi Najat Vallaud-Belkacem, à l'heure où François Hollande, au plus bas dans les sondages, traverse une zone de turbulences. "C'est évidemment une très mauvaise nouvelle et on s'en serait bien passé", a souligné la ministre de l'Education sur RTL. "La seule chose qu'il faut retenir positivement de cette affaire c'est que les règles que nous avons adoptées sur l'exemplarité, sur la transparence, sur le financement de la vie publique, sont appliquées et c'est bien pour ça que Thomas Thévenoud a pris la décision de remettre sa démission". "C'est un coup dur indéniablement, ça nourrit la défiance à l'égard des responsables politiques", a-t-elle dit, soulignant que l'ex-secrétaire d'Etat aura "sans doute à s'en excuser". Selon une source gouvernementale, le député de Saône-et-Loire, réputé proche d'Arnaud Montebourg, devrait s'exprimer prochainement pour expliquer son départ, qui serait lié à des problèmes de conformité avec les impôts. Interrogée sur la compatibilité entre ce problème de conformité et son siège de député, Najat Vallaud-Belkacem a estimé que c'était une "question qui se posera en temps utile" et qu'il était "légitime de poser". "Les Français regardent ce spectacle atterrés, on a besoin d'envoyer des signaux et des messages les rassurant sur l'exemplarité qui est la nôtre", a-t-elle dit. La démission de Thomas Thévenoud tombe au plus mal pour François Hollande, qui doit faire face au livre de son ex-compagne Valérie Trierweiler qui le présente comme un homme méprisant envers les "pauvres", qu'il surnommerait les "sans-dents". Cette information, démentie jeudi par la ministre de l'Ecologie et mère des enfants de François Hollande, Ségolène Royal, risque de fragiliser l'image du chef du l'Etat dont la cote de popularité a atteint un niveau historiquement bas. Selon le baromètre de TNS-Sofres pour Le Figaro Magazine publié jeudi soir et qui sonde la cote de confiance des présidents de la Ve République depuis 1978, la popularité de François Hollande a perdu cinq points en deux mois, à 13%. "Les Français ne seront convaincus que par une chose, ni par des sondages ni par des discours, mais par des résultats", a estimé Najat Vallaud-Belkacem. "Nous devons tout mettre en oeuvre pour que ces résultats arrivent et accélérer si besoin la machine pour ce faire." (Marine Pennetier, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le vendredi 5 sept 2014 à 09:58

    La Belkasse dans toute sa splendeur d'hypocrite...Qui se croit au royaume du Maroc...

  • frk987 le vendredi 5 sept 2014 à 09:32

    Moralité de cette affaire : c'est le ministre de l'intérieur qui devrait démissionner pour faute lourde. Mais il a tellement à faire à suivre les conversations privées de Sarkozy....qu'on ne peut pas tout faire. Certes, savoir que Paul Bismuth a commandé une pizza hier soir, c'est d'une importance majeure pour l'Etat.

  • frk987 le vendredi 5 sept 2014 à 09:30

    Une simple question : le ministère de l'intérieur a pour devoir d'avoir un minimum d'info sur des personnes exerçant au plus haut niveau. Comment se peut-il qu'une fraude fiscale de cette envergure (absence pure et simple de déclarations d'impôts) peut-elle passer inaperçue ?

  • KAFKA016 le vendredi 5 sept 2014 à 09:18

    S'il n'y avait pas eu de verification ce monsieur aurait continué à parader avec des discours de moralité fiscale....de tte façon Cahuzac a été condamné ? NON

  • dhote le vendredi 5 sept 2014 à 09:12

    Je trouve la Belkacem bien discrète sur le livre de son "amie" Trierweiller.

  • M8252219 le vendredi 5 sept 2014 à 09:03

    Il parait que pour refaire surface il faut d'abord atteindre le fond de la piscine et donner un bon coup de jarret pour remonter.Les socialistes n'ont pas compris que nous sommes en pleine mer.