France-Khomri ne se prononce pas sur la baisse du chômage

le
0
    PARIS, 9 janvier (Reuters) - Les créations d'emplois et les 
perspectives de croissance ne permettent pas en l'état 
d'envisager un recul du chômage, a estimé samedi la ministre du 
Travail, Myriam El Khomri, qui mise sur la formation des 
chômeurs les moins qualifiés. 
    Le chef de l'Etat, François Hollande, qui a subordonné sa 
candidature à l'élection présidentielle de 2017 à une baisse du 
chômage toujours pas en vue, a annoncé lors de ses voeux aux 
Français un plan massif de formation des demandeurs d'emploi. 
    A ce stade, Myriam El Khomri s'est dite incapable, sur 
France Inter, de prédire si cette baisse serait au rendez-vous 
en 2016 : "Je ne suis ni la ministre des statistiques mensuelles 
ni celle des pronostics", a-t-elle dit. 
    Pour la première fois depuis plusieurs années, près de 
40.000 emplois ont certes été créés en 2015, ce qui est un signe 
de reprise de l'activité économique, a-t-elle expliqué. Mais 
"cette reprise est encore timide". 
    "Tous les ans vous avez à peu près 700.000 départs en 
retraite et entre 800.000 et 850.000 entrées sur le marché du 
travail", a-t-elle poursuivi. "Avec 40.000 créations d'emplois, 
ce n'est pas suffisant pour faire reculer le chômage." 
    La croissance de 1,5% du PIB français, sur laquelle le 
gouvernement mise en 2016, ne sera pas non plus suffisante à 
elle seule à réduire le chômage, en particulier des personnes 
peu ou pas qualifiées, qui constituent le gros des demandeurs 
d'emploi en France, a ajouté la ministre du Travail. 
    "Près de deux millions de demandeurs d'emploi n'ont pas le 
niveau bac, près de 680.000 demandeurs d'emploi ont un niveau 
inférieur au CAP", a-t-elle souligné. "Il y aura des créations 
d'emploi en 2016 mais elles ne bénéficieront pas aux personnes 
les moins qualifiées." 
    D'où l'annonce le 31 décembre par François Hollande d'un 
plan de formation de 500.000 chômeurs et de développement de 
l'apprentissage, assorti de nouvelles aides à l'embauche pour 
les PME, que le chef de l'Etat doit détailler le 18 janvier. 
    "Quand l'Allemagne forme deux demandeurs d'emploi sur dix 
nous c'est un sur dix, l'Autriche c'est quatre sur dix", a 
souligné la ministre du Travail sur France Inter. 
    Le gouvernement français souhaite donc amplifier la 
formation des demandeurs d'emploi peu ou pas qualifiés dans les 
métiers liés à la transition énergétique, à l'économie 
numérique, aux services à la personne et dans les secteurs où de 
nombreux emplois ne sont pas pourvus, a-t-elle précisé. 
    "Ce que nous envisageons, à travers ce plan, c'est à la fois 
soutenir la création d'emplois avec des aides en direction des 
très petites entreprises et des PME et en même temps qualifier 
les personnes bassin d'emploi par bassin d'emploi, selon les 
besoins de ces bassins d'emploi", a ajouté Myriam El Khomri. 
    Ce plan sera au menu des entretiens que le Premier ministre, 
Manuel Valls, et la ministre du Travail, auront lundi avec les 
dirigeants des principales organisations syndicales et 
patronales. 
 
 (Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant