France-Jean-Marie Le Pen exclu du Front national

le , mis à jour à 21:06
0

* Le bureau exécutif du FN décide d'exclure du fondateur du parti * Jean-Marie Le Pen auditionné pendant trois heures * Ses avocats vont saisir la justice (Actualisé avec exclusion) par Tommaso Mazzanti NANTERRE, Hauts-de-Seine, 20 août (Reuters) - Le bureau exécutif du Front national (FN) a annoncé jeudi soir l'exclusion de Jean-Marie Le Pen, fondateur du parti, qui avait été auditionné dans l'après-midi pour des propos polémiques. Cette décision marque une nouvelle étape dans la guerre ouverte qui oppose depuis des mois le patriarche de 87 ans à sa fille et présidente du FN, Marine Le Pen, et au vice-président, Florian Philippot. "A l'issue de la réunion qui s'est tenue ce jour, le bureau exécutif du Front national, réuni en formation disciplinaire, a délibéré et a décidé, à la majorité requise, l'exclusion de M. Jean-Marie Le Pen comme membre du Front national", peut-on lire dans un communiqué du bureau exécutif du parti d'extrême droite. "La décision complète et motivée sera notifiée prochainement à M. Le Pen", précise-t-on. Après une audition de plusieurs heures par le bureau exécutif, Jean-Marie Le Pen avait souhaité "une réunification active" de son parti. "J'ai exprimé le souhait que cet épisode un petit peu polémique soit une étape vers la réunification active du Front national", a-t-il déclaré à la presse. "C'est mon souhait je l'ai exprimé, j'ai donné des explications à ceux qui n'avaient pas toujours bien compris ce qui se disait ou se rapportait". Frédéric Joachim, avocat de Jean-Marie Le Pen, a déclaré voir une trahison dans l'exclusion de son client, qui était selon lui "décidée depuis longtemps." "C'est la première fois, que je sache, que le fondateur d'un parti, au surplus président d'honneur, se fait évincer comme un malpropre de son propre parti par une bande de gens qui l'ont écouté pendant trois heures et qui ont décidé de son sort en deux heures comme si ce sort était déjà décidé, ce que je finis par croire", a-t-il déclaré sur BFM TV. Me Joachim a ajouté qu'il envisageait de demander "l'annulation de cette mesure devant les tribunaux, à travers une procédure d'urgence". Selon lui, Jean-Marie Le Pen "conserve son statut de président d'honneur parce que personne ne peut le démettre de cette qualité." UNE DÉCISION "POLITIQUEMENT DÉSASTREUSE", DIT GOLLNISCH Bruno Gollnisch, député européen du Front national et soutien de Jean-Marie Le Pen, s'est déclaré sur BFM TV "abasourdi" par une décision "politiquement désastreuse, moralement extrêmement choquante (...) et juridiquement contestable." Sur la même antenne, Marie-Christine Arnautu, soutien de Jean-Marie Le Pen au sein du bureau exécutif, a déclaré qu'aucune décision n'avait été prise quand elle avait quitté la réunion. Le bureau exécutif du FN est composé des vice-présidents Jean-François Jalkh, Louis Aliot, Steeve Briois et Marie-Christine Arnautu, du secrétaire général Nicolas Bay et du trésorier Wallerand de Saint-Just. Egalement membres de cette instance, Marine Le Pen et Florian Philippot n'ont pas assisté à la réunion qui s'est tenue au siège du parti, à Nanterre (Hauts-de-Seine). L'exclusion de Jean-Marie Le Pen survient alors que les dirigeants frontistes cherchent à éviter que les provocations du fondateur du parti n'écornent la stratégie de "dédiabolisation" engagée par Marine Le Pen, qui a succédé à son père en 2011 à la tête de la formation d'extrême droite. Dans la convocation adressée à son père, la présidente du FN énumère 15 griefs, dont ses propos qualifiant les chambres à gaz nazies de "détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale". Des propos qui valent au patriarche une nouvelle convocation en correctionnelle pour être jugé pour "contestation de crime contre l'humanité". ID:nL5N1043P9 La convocation mentionne aussi ses déclarations négatives sur la nouvelle direction du parti ou accusant sa fille de "dynamiter sa propre formation", et son irruption sur l'estrade où elle allait prononcer un discours, le 1er mai, à Paris. En parallèle de la procédure disciplinaire qui a valu d'être convoqué jeudi, Jean-Marie Le Pen a obtenu deux victoires juridiques cet été face à Marine Le Pen, avec l'annulation d'une précédente décision de suspension et la suspension de l'assemblée générale extraordinaire du Front national censée aboutir à son éviction. (Avec Marine Pennetier et Elizabeth Pineau, édité par Cyril Altmeyer)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant