France-Jean-Marie Le Pen de nouveau condamné pour le "détail"

le
1
    PARIS, 6 avril (Reuters) - Jean-Marie Le Pen a été condamné 
mercredi à 30.000 euros d'amende pour ses nouveaux propos sur 
les chambres à gaz, "détail" selon lui de l'histoire de la 
Seconde Guerre mondiale, une peine qui s'ajoute à ses multiples 
ennuis judiciaires. 
    Le parquet avait requis cette peine contre le président 
d'honneur du Front national, poursuivi devant le tribunal 
correctionnel de Paris pour contestation de crime contre 
l'Humanité. 
    Jean-Marie Le Pen a déjà été condamné à deux reprises par la 
justice française pour ces propos, tenus pour la première fois 
en 1987, et qui lui ont valu en 2015 d'être exclu par sa fille 
Marine du parti qu'il a cofondé. 
    L'avocat du député européen avait tenté à l'audience, en 
février, de faire valoir l'immunité parlementaire européenne de 
Jean-Marie Le Pen, qui ne s'était pas présenté devant le 
tribunal. 
    Les ennuis judiciaires et financiers s'accumulent pour le 
président d'honneur du FN, rattrapé par le scandale des "Panama 
Papers" pour une société détenue par un proche que la justice 
soupçonne d'être un prête-nom, selon Le Monde.     
    Selon ses confidences au Journal du dimanche, les impôts 
réclament parallèlement à Jean-Marie Le Pen 368.382 euros et le 
Parlement européen 320.000 euros. 
    "Je n'en paierai évidemment pas un centime, tout cela est 
abusif", a-t-il dit à l'hebdomadaire.  
    Le fondateur du FN fait en outre l'objet d'une enquête sur 
les assistants parlementaires des députés européens du parti qui 
lui a valu récemment une perquisition. 
    Les soupçons portent sur des salaires versés à 20 assistants 
apparaissant dans l'organigramme du FN, laissant supposer qu'ils 
sont affectés à d'autres tâches que leurs seules fonctions 
parlementaires. 
    Enfin, Jean-Marie Le Pen fait l'objet d'une enquête sur des 
faits supposés de blanchiment de fraude fiscale et d'omission de 
déclaration de patrimoine à laquelle sont astreints les 
parlementaires. 
    Exclu du FN, Jean-Marie Le Pen appelle à un rassemblement 
contre l'Etat islamique (EI) le 1er mai prochain, date du 
traditionnel défilé auquel la direction du parti a décidé de ne 
plus participer officiellement pour des raisons de sécurité. 
    Dénonçant une "reculade indigne et inacceptable", il 
souhaite "qu'une masse de Françaises et de Français se rassemble 
pour témoigner par leur présence du refus de la menace" EI. 
    Le lancement des comités "Jeanne d'Arc, au secours!" doit 
"servir de base à cette mobilisation". 
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fortunos il y a 8 mois

    30000 euros sur la fortune en ligots planquée en Suisse ou au Panama,c est vraimen,t de la rigolade,et il va recommencer ses elucubrations sous peu!!