France-Jean-Marie Le Pen adoube sa petite-fille Marion

le
0

PARIS, 12 avril (Reuters) - Jean-Marie Le Pen, dont la rupture avec sa fille Marine, présidente du Front national, est consommée, ne semble plus exclure de renoncer à se présenter aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur mais à condition que sa petite-fille, Marion Maréchal-Le Pen, soit investie à sa place. Marine Le Pen a annoncé qu'elle s'opposerait à la candidature de son père après une nouvelle salve de provocations du fondateur et président d'honneur du FN, notamment dans une interview au journal d'extrême-droite Rivarol. ID:nL5N0X51VA Le bureau exécutif du parti d'extrême-droite est convoqué le 17 avril pour examiner les investitures des têtes de liste aux régionales de décembre. "Je ferai connaître ma position lundi", annonce Jean-Marie Le Pen, 86 ans, dans le Journal du Dimanche (JDD). "Si je n'étais pas candidat, je ne vois que Marion", ajoute-t-il. "Il n'y a aucune autre personnalité qui ait autant de notoriété et de particularité au sein du Front national pour cette région." Marion Maréchal-Le Pen, 25 ans, nièce de Marine Le Pen et députée du Vaucluse, a toujours, jusqu'ici, refusé de prendre parti contre son grand-père et il paraît peu probable qu'elle accepte l'investiture du FN s'il conduit une liste dissidente. Marine Le Pen juge les provocations répétées de son père nuisibles à sa stratégie de "dédiabolisation" et d'implantation électorale du FN et a annoncé jeudi qu'elle engagerait contre lui une procédure disciplinaire. Une annonce que l'intéressé tourne en dérision : "Je ne suis au courant de rien", dit-il au JDD. "Cela doit être la honte qui les freine. Qui attachera la clochette à la queue du chat ?" (Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant