France Investipierre entame le rajeunissement de son patrimoine

le
0

Depuis sa fusion absorption en 2012 avec Immobilière Privée France Pierre, la SCPI France Investipierre (BNP Paribas Reim) cherche à faire peau neuve afin d’améliorer d'abord, son taux d’occupation.

D'après le rapport annuel de la SCPI, le manque à gagner sur les loyers estimés des surfaces vacantes représentent 11,3% des revenus locatifs de France Investipierre. Cette décision qui s'inscrit dans une stratégie de moyen terme n'est pas encore perceptible dans les chiffres délivrés au premier semestre. Le TOF fin juin atteint en effet, 85,8% contre 86,4% en moyenne sur 2012.

Le second axe d'actions vise l'accélération "des cessions d’actifs de petite taille présentant de gros travaux à terme sans potentiel d’augmentation de loyer". Dans cette optique, le rajeunissement du patrimoine sera l'occasion notamment de "maîtriser à moyen terme la dotation pour grosses réparations".

Plus en détail, au cours du premier semestre, la SCPI n'a procédé à aucune acquisition. En revanche, elle a cédé 6 biens (7275m² pour 7,9 M€) "essentiellement des années 80/90 nécessitant de gros travaux". Ces ventes s'ajoutent aux 8 déjà opérées en 2012, ce qui porte dorénavant le patrimoine de la SCPI à 177 immeubles contre 194 en janvier 2012.

Par ailleurs, les départs ont représenté environ sur les 6 premiers mois de l'année 8954 m² (2 M€). Mais ils ont été largement compensés par les relocations ou les renouvellements de baux (13600 m2, 70M€). Enfin, BNP Paribas REIM souligne que des "négociations sont en cours avec les locataires pour régulariser les annexes environnementales prévues pour l’ensemble des baux du patrimoine pour les surfaces supérieures à 2 000 m²" soit une trentaine d'immeubles pour France Investipierre.

En 2012, le marché secondaire a été marqué par un ralentissement du nombre d’échanges de parts. Et "certains vendeurs ont été amenés à privilégier la rapidité d’exécution des ordres, en proposant des ordres de vente à des valeurs ne reflétant pas la valeur ". Le dernier prix acheteur de l'exercice s’est établi à 225,06€ la part, correspondant à un prix d’exécution de 205,00€ la part. Depuis le début de l'année, les prix se sont stabilisés. Ainsi, le prix acheteur pour une part s'est élevé à 223€ tandis que le prix d'exécution moyen a atteint 205,90€. Par ailleurs, les 10 449 parts restant inscrites à la vente à la fin du 1er semestre comptent pour 0,62% du capital alors que celles à l' achat ne représentent que 144 parts.

La distribution, elle, s’est élevée à 12,30 € par part en 2012 faisant ressortir un taux de distribution sur valeur de marché (DVM) de 5,4%. Pour l'exercice en cours, BNP Paribas REIM annonce "des perspectives de distribution stables qui devraient se situer entre 12,25 € et 12,35 € par part". Pour mémoire, la SCPI a versé au titre de chacun des 2 premiers trimestres un acompte sur dividende de 3,05€.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant