France-Imbroglio à Paris après le rejet de la Tour Triangle

le
1

* Un échec définitif serait lourd de conséquences pour Hidalgo * Les écologistes mêlent leurs voix à celles de l'opposition * La "Tout Triangle" est morte, dit Contassot (Actualisé avec réactions, détails) par Gregory Blachier PARIS, 17 novembre (Reuters) - La polémique autour de la Tour Triangle, spectaculaire projet qui devait voir le jour dans la capitale, a connu un nouveau rebondissement lundi avec un vote de rejet du Conseil de Paris, aussitôt contesté par la maire, Anne Hidalgo. Le Conseil de Paris a rejeté une délibération technique nécessaire au lancement des travaux de cette tour de 180 mètres et 500 millions d'euros par 83 voix contre 78 lors d'un vote à bulletin secret, organisé pour éviter une issue défavorable. Mais de nombreux élus UMP, ainsi que quelques écologistes, ont exhibé leur bulletin avant de le glisser dans l'urne, ce qui a incité Anne Hidalgo à déclarer le scrutin non avenu et à annoncer un recours en nullité devant le tribunal administratif. Son adversaire malheureuse aux élections municipales, l'UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, qui avait annoncé durant la séance cette démonstration de vote pour protester contre l'absence de scrutin public, a dénoncé un "déni de démocratie". "Il y a un problème de morale politique", a dit à la presse la présidente du premier groupe d'opposition de la ville. "La maire de Paris a voulu un vote secret pour que les pressions puissent s'exercer en toute liberté", a-t-elle ajouté. "Et parce que le résultat ne lui convient pas aujourd'hui elle le conteste. C'est un déni de démocratie", a-t-elle insisté. Ce résultat est une victoire personnelle pour celle qui, à revers de la position défendue par l'UMP sous la précédente mandature, a pris position contre la Tour Triangle. DÉBATS HOULEUX Il est également un succès pour les écologistes qui, critiquant un projet inutile et énergivore à leurs yeux, ont voté avec la droite et le centre, et affirmé leur indépendance au sein d'une majorité où leurs 14 voix ont pesé lourd lundi. "A l'évidence, il n'y a pas de majorité et je ne vois pas comment on pourrait passer à une phase de réalisation, donc la 'Tour Triangle' telle qu'elle a été conçue, pour moi, elle est morte. Oui, on tourne une page", a estimé Yves Contassot, l'un des écologistes à avoir montré son bulletin à l'assemblée. Quand bien même la justice annulerait le scrutin, un nouveau vote donnerait probablement le même résultat. L'échec serait lourd pour Anne Hidalgo, qui avait défendu la tour dès 2008, lorsqu'elle était adjointe à l'urbanisme de Bertrand Delanoë. D'autant que ce dossier risque de laisser des traces, tant les débats ont été houleux et tant les circonstances jouent désormais contre la maire. Car c'est confrontée au risque d'un résultat négatif qu'elle a obtenu un vote à bulletin secret, officiellement demandé par le groupe socialiste. Lorsqu'il s'est agi de voter sur la tenue ou non d'un tel scrutin, seuls les socialistes ont levé la main, sous les huées nourries de la droite et des écologistes. L'intensive campagne de promotion dans les médias, avec une pétition en ligne ou encore grâce au concours d'intermédiaires dont le Medef, n'a donc pas suffi à sauver "Triangle". Dessinée par les architectes Jacques Herzog et Thierry de Meuron, la tour devait devenir le troisième plus haut édifice de Paris après la Tour Eiffel et la Tour Montparnasse et être bâtie dans le XVe arrondissement, sur le site du Parc des expositions. Ce projet entièrement financé par l'opérateur privé Unibail-Rodamco UNBP.AS à hauteur de 500 millions d'euros devait accueillir 80.000 m2 de bureaux - ce qui a cristallisé les oppositions dans une ville qui compte de nombreux locaux vides -, des commerces et des équipements collectifs. (Edité par Yves Clarisse)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1178616 le lundi 17 nov 2014 à 16:30

    vite Francois.....prend ton scoot et direction mairie de Paris!