France-"Il y a le feu au lac" face au FN, estime Cambadélis

le
12

(Ajoute commentaires de Manuel Valls, §§ 7-9) PARIS, 9 février (Reuters) - La progression du Front national lors des divers scrutins organisés depuis un an place ses opposants dans une situation d'urgence, a estimé lundi le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. "Il y a le feu au lac pour tous ceux qui combattent le Front national et ses idées depuis de très nombreuses années", a-t-il dit sur France Info après la législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs, remportée avec 800 voix d'avance par le socialiste Frédéric Barbier face la candidate FN Sophie Montel. "Nous sommes dans situation où le Front national est en dynamique. Il perturbe l'UMP et l'absence d'unité réelle entre les forces de gauche lui donne des capacités de se déployer", a-t-il ajouté, soulignant que la progression du FN entre les deux tours n'était "pas nouvelle". Jean-Christophe Cambadélis a insisté sur la nécessité du "désistement républicain", auquel l'UMP s'était refusée entre les deux tours en optant pour la neutralité, notamment en vue des prochaines échéances électorales. "Les départementales (en mars, ndlr) ne seront qu'un moment de la vie électorale française (...) mais nous sommes dans une situation où vous avez derrière les élections régionales puis les élections présidentielles", a-t-il souligné. "Or à partir du moment où l'UMP n'est pas capable de se désister républicainement face au candidat le mieux placé pour battre le Front national, eh bien vous avez un Front national qui progresse", a dit Jean-Christophe Cambadélis. Invité un peu plus tard d'Europe 1, le Premier ministre Manuel Valls a, lui, de nouveau parlé du "danger" de voir le FN se rapprocher du pouvoir à l'échelle nationale si les autres partis politiques n'étaient pas capables de faire front. "Il y a quelques mois, j'avais dit que le FN était aux portes du pouvoir. Il représente véritablement un danger, surtout quand, en face, la digue n'est pas assez solide", a-t-il dit, avant de critiquer durement l'UMP. "Quand on est un grand parti qui a gouverné et qui aspire à gouverner, on prend ses responsabilités", a-t-il lancé à l'adresse du premier parti d'opposition. "Le ni-ni n'est pas une position responsable." En l'absence de rassemblement des partis traditionnels face au FN, Jean-Christophe Cambadélis estime même que Marine Le Pen, régulièrement donnée au second de la présidentielle par les sondages, est en position de force en vue de 2017. "Regardez, ça se joue à 800 voix là. Transposez et vous avez Marine Le Pen à 8.000 ou 80.000 voix, ça veut dire qu'elle peut être élue", a-t-il dit. (Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 le lundi 9 fév 2015 à 12:09

    Vivement que le FN gagne, on verra bien que ils sont commes tous les autres, il vont se servir de la bonne soupe, et le peuple il fera la grimasse!

  • lemonon1 le lundi 9 fév 2015 à 10:41

    si l'ump veut fusionner avec le ps , qu'elle le fasse ! les choses seront très claires pour les électeurs !

  • newwin le lundi 9 fév 2015 à 10:37

    PS DEHORS

  • M2711013 le lundi 9 fév 2015 à 10:31

    Nous allons gagner, accéder démocratiquement au pouvoir, pas par la rue, comme aiment tant le faire nos chers "gôchos" français, et nous gouvernerons, nous baisserons les impôts, nous rétabliront les services publiques, et partout, pas seulement dans le 17ème ! bien sûr, il y aura des désagréments pour certains, mais je vous rassure, on y survit, moi je mange mon chapeau depuis Mitterrant !

  • 2445joye le lundi 9 fév 2015 à 10:26

    Arrêtera-t-il un jour de nous reservir, sempiternellement, cette arnaque qu'est le "front républicain" ? Simple front UMP/PS, qui a "tordu" les lois électorales à tel point qu'on est peut-être encore en république mais plus en démocratie.

  • rodde12 le lundi 9 fév 2015 à 10:22

    Front républicain/ front national? La belle histoire? Le front national soutenu par de plus en plus d'électeurs n'a pas grand chose à voir avec la montée du fas cisme ni même du comm unisme et encore moins des religions. Le discours des "biens-pensants" a de moins en moins de crédibilité. En fait les français ne veulent plus de leur classe politique qui leur est vendue ad nauseam par les différents médiats.

  • g.dupuy le lundi 9 fév 2015 à 10:09

    Ils commencent à s inquiéter les cocos, qu ils prennent des mesures au lieu de gémir , décidement ils n ont rien dans le pantalon et le manolo avec sa grande bouche qui ne fait jamais rien.

  • jbellet le lundi 9 fév 2015 à 09:38

    le fn a presque le meme programme qu'Aléxis Tsípras que flan.by a reçu en grandes pompes la semaine derniere

  • M8252219 le lundi 9 fév 2015 à 09:26

    Responsables de n'avoir pas fait les réformes indispensables. TVA SOCIALE-,- RÉDUCTION DU NOMBRE DES PARLEMENTAIRES ,plafonnement et fiscalisation de tous leurs revenus,indemnité et avantages. Suppression des régimes spéciaux,réduction drastique du nombre d'administratifs de la fonction publique, retour aux 39h, délais de carence de 3jrs en arrêt maladie.

  • bordo le lundi 9 fév 2015 à 09:22

    Qu'est-ce que c'est embêtant le suffrage universel ! Le peuple ne vote jamais comme on veut. En plus ils ne sont pas éduqués, n'ont en tête que des enjeux misérables qui touchent leurs petites vies, bref, changeons le peuple ! En plus, quand on leur raconte des histoires, ils se plaignent, sous prétexte qu'ils sont au chômage, ne peuvent plus se nourrir ou je ne sais quelles fadaises. S'ils n'ont plus de pain, qu'ils mangent de la brioche.