France-Hortefeux rappelle Fillon et Le Maire à la "reconnaissance"

le
0
    PARIS, 17 avril (Reuters) - Brice Hortefeux, fidèle de 
Nicolas Sarkozy, a dénoncé dimanche les critiques redoublées de 
François Fillon et Bruno Le Maire à l'endroit de l'ancien chef 
de l'Etat, jugeant que la rupture dont ils se revendiquent ne 
les exemptait pas de reconnaissance. 
    Le 12 avril dernier, lors d'une réunion publique dans le 
Val-de-Marne, Nicolas Sarkozy, qui devrait se déclarer en 
septembre pour la primaire des 20 et 27 novembre, avait invité à 
"privilégier toujours ceux qui rassemblent à ceux qui divisent" 
et appelé à "un peu plus d'esprit collectif". 
    Une pique visant particulièrement son ancien Premier 
ministre François Fillon, aujourd'hui l'un de ses rivaux pour 
l'investiture présidentielle à droite, qui a récemment estimé 
dans une interview au Monde qu'il serait "très difficile" pour 
Nicolas Sarkozy de se représenter.   
    "Nicolas Sarkozy a toujours dit lui-même que les Français 
étaient régicides et, quand on a coupé la tête du roi, c'est dur 
de la remettre sur ses épaules...", avait-il justifié. 
    "Je me demande si la vraie modernité, ce n'est pas la 
reconnaissance à l'égard de celui qui vous a nommé et avec qui 
vous a travaillé en confiance", a répliqué dimanche Brice 
Hortefeux au "Grand Rendez-vous" Europe 1-Le Monde-iTELE. 
    "Si le vrai courage, ce n'est pas d'assumer une fidélité à 
l'égard de celui qui vous a confié les plus hautes 
responsabilités de l'Etat", a-t-il ajouté. 
    "Si le renouveau, ce n'est pas la loyauté à l'égard de celui 
qui, à deux reprises, vous a confié des responsabilités 
gouvernementales", a-t-il poursuivi en visant cette fois-ci 
l'ancien ministre Bruno Le Maire, peu avare de critiques lui 
aussi envers Nicolas Sarkozy. 
    Le député européen (Les Républicains) s'est gardé de toute 
critique contre Alain Juppé, le favori des sondages, tout en 
soulignant que "la liste des flops des sondages est 
monstrueuse". 
    Prié de dire si Nicolas Sarkozy travaillerait en bonne 
intelligence avec le maire de Bordeaux si celui-ci remportait la 
primaire, Brice Hortefeux a répondu : "Bien sûr". 
    Le chiraquien Jean-Louis Debré a élargi dernièrement le 
faisceau des attaques contre Nicolas Sarkozy en déclarant au 
Point que pour l'ancien chef de l'Etat, "aujourd'hui, c'est 
fini". L'ancien président du Conseil constitutionnel dresse par 
ailleurs dans un ouvrage à paraître prochainement un portrait 
féroce du prédécesseur de François Hollande.   
    "Je reconnais à Jean-Louis Debré une qualité (...), c'est 
celle de la fidélité à toute épreuve, quelles que soient les 
circonstances, à l'égard de Jacques Chirac. Pour le reste, ceci 
étant dit, il radote", a réagi Brice Hortefeux. 
    "Ça fait 25 ans qu'on l'entend promener son antisarkozysme", 
a-t-il dit. 
 
 (Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant