France-Hommage national pour les neuf militaires tués à Albacete

le
0

(Actualisé avec non survol du Nigeria) PARIS, 3 février (Reuters) - François Hollande a présidé mardi aux Invalides un hommage national aux neuf soldats français, engagés "au service d'un idéal", tués accidentellement le 26 janvier dernier sur une base de l'Otan à Albacete, en Espagne. La cérémonie s'est déroulée en présence des familles des victimes et de milliers de militaires alignés devant les cercueils des défunts, huit hommes et une femme âgés de 25 à 41 ans. "Notre pays est une nouvelle fois en deuil, notre armée est dans l'épreuve, l'armée de l'air est sous le choc", a dit François Hollande dans son éloge funèbre, moins d'un mois après les attentats djihadistes qui ont fait 17 victimes en France, dont trois membres de forces de l'ordre. "Ce drame, cette tragédie nous rappellent que la cohésion, l'unité, la solidarité, le rassemblement sont des qualités que l'on retrouve chez les militaires", a ajouté le président. "Ce sont ces qualités qui les rendent plus forts dans l'épreuve." Le chef de l'Etat a remis à titre posthume les insignes de chevalier de la Légion d'honneur aux aviateurs, engagés au service d'un "idéal qui dépassait l'horizon de leur seule vie". Le Premier ministre, Manuel Valls, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et une partie du gouvernement étaient présents de même que des personnalités de droite, dont l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy et la présidente du Front national, Marine Le Pen. "Chaque jour, notre armée de l'air démontre qu'elle fait partie des meilleures du monde", a souligné François Hollande, rappelant son rôle lors des opérations extérieures en cours en Afrique "notamment à Djibouti, au Tchad et au Niger d'où nos avions décollent pour survoler le Sahel, la République centrafricaine ou le Nigeria, comme en ce moment". L'Elysée a précisé ensuite qu'il "n'y a pas de survol de l'espace aérien du Nigeria par l'aviation française, mais que la France coopère à la lutte contre Boko Haram au sein de la cellule de renseignement internationale basée à N'Djamena décidée après le sommet de Paris du 17 mai dernier". L'entourage du ministre de la Défense a souligné pour sa part : "Nos forces aériennes effectuent des missions de reconnaissance mais à aucun moment au-dessus du Nigeria. Notre soutien se limite aux pays voisins tels que le Tchad ou le Cameroun." Affectés à la base aérienne 13 de Nancy-Ochey (Meurthe-et-Moselle), les aviateurs français ont été tués alors qu'ils participaient à une mission d'entraînement. L'accident, qui a fait 11 morts au total, a été causé par une panne au moment du décollage d'une patrouille de quatre F-16 grecs. L'un des avions de chasse s'est écrasé sur l'un des parkings du centre de formation et de perfectionnement de Los Llanos, à quelque 250 km au sud-est de Madrid. Vingt-et-une personnes ont été blessées, dont cinq Français. (Elizabeth Pineau, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant