France-Hollande veut relancer la ligne LGV Poitiers-Limoges

le
2
    PARIS, 8 octobre (Reuters) - Une autorité va être 
prochainement nommée pour remettre sur les rails le projet de 
ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) Poitiers-Limoges, 
bloqué depuis la décision du Conseil d'Etat en avril d'annuler 
le décret le déclarant d'utilité publique, a déclaré samedi 
François Hollande.      
     La plus haute juridiction administrative de France avait 
notamment relevé une irrégularité de procédure liée à une 
insuffisante évaluation économique et sociale du projet, estimé 
à 1,6 milliard d'euros  ID:nL5N17I4E0 .  
    "Le poids financier paraissait exorbitant par rapport à la 
rentabilité mais si on fait une infrastructure, ce n'est pas 
toujours pour qu'elle soit rentable précisément", a estimé le 
chef de l'Etat lors d'un discours en Corrèze. "C'est aussi parce 
qu'elle obéit à une logique d'aménagement du territoire". 
    "Donc nous allons reprendre ce sujet, peut-être mieux armer 
sur le plan financier le dossier et faire en sorte de pouvoir 
nous prémunir contre une nouvelle annulation", a-t-il ajouté.  
    "Le ministre des Transports a ouvert une consultation, il va 
nommer très rapidement une autorité pour remettre l'ensemble du 
sujet au clair et pour que nous puissions présenter une solution 
parce c'est vrai que la desserte ferroviaire est essentielle".  
    Le projet comprend 112 kilomètres de ligne à grande vitesse 
et vise à désenclaver le centre de la France en plaçant Limoges 
et Brive-la-Gaillarde respectivement à deux heures et trois 
heures de Paris.  
    En 2014, il avait été épinglé par la Cour des comptes qui 
avait, dans un rapport, émis des doutes sur sa rentabilité 
socio-économique, "même minimale".  
 
 (Marine Pennetier) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 il y a un mois

    Toujours le sens des priorités, ce pastiche de président....

  • nanard83 il y a un mois

    Tiens , cela redevient d'actualité , il faut bien employer les locomotives commandées sans raisonpour différer la fermeture de Belfort