France-Hollande refuse de bombarder la Syrie

le
0

NATIONS UNIES, 25 septembre (Reuters) - François Hollande a déclaré mercredi que les frappes aériennes françaises contre l'Etat islamique se limitaient à l'Irak et qu'il n'était pas question d'agir de même en Syrie, comme le font notamment les Américains. "On ne peut pas tout faire et il convient de bien faire", a dit le président, rappelant que la France répondait à une demande du gouvernement irakien. "Nous avons ce devoir d'être d'abord en Irak dans le cadre du partage des tâches qui ont été décidées avec nos alliés", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse en marge de l'Assemblée générale de l'Onu. L'action de la France en Syrie se limite à "une aide directe à l'armée syrienne libre et à l'opposition syrienne", a-t-il rappelé. Vendredi dernier, des avions de chasse français Rafale ont "entièrement détruit", selon Paris, un "dépôt logistique" de la région de Mossoul, dans le nord de l'Irak. D'autres missions de reconnaissance aérienne ont eu lieu depuis, ainsi que des vols en soutien à l'armée irakienne. Le Premier ministre français, Manuel Valls, a obtenu mercredi le soutien du Parlement à l'engagement militaire de l'armée en Irak. Lors du débat à l'Assemblée nationale, l'opposition de droite a déploré que la France ne s'engage pas de la même manière en Syrie, où opère également les djihadistes de Daech. ID:nL6N0RP321 (Arshad Mohammed, avec Elizabeth Pineau à Paris)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant