France-Hollande promet des "améliorations" à la loi Travail

le
0
    * Hollande veut "lever les inquiétudes" 
    * Il dit comprendre les angoisses de la jeunesse 
    * Il exclut le retrait du projet de loi 
 
 (Complété avec autres citations, détails) 
    MOISSY-CRAMAYEL, Seine-et-Marne, 10 mars (Reuters) - 
F rançois Hollande a promis jeudi des "améliorations" au projet 
controversé de réforme du Code du travail et confirmé la piste 
gouvernementale d'une surtaxation des CDD destinée à favoriser 
des embauches plus stables en contrat à durée indéterminée. 
    Au lendemain d'une journée de manifestations dans tout le 
pays contre le projet de loi, le président a dit comprendre 
l'angoisse de la jeunesse, dont les organisations seront reçues 
vendredi par le Premier ministre Manuel Valls. 
    "Il y a une concertation, il va y avoir des améliorations", 
a déclaré le président lors d'un déplacement à Moissy-Cramayel 
(Seine-et-Marne) à propos du texte qui suscite une levée de 
bouclier des jeunes, d'une partie de la gauche et des syndicats. 
    "Si une concertation a été engagée à ma demande, c'est bien 
pour apporter tous les éclaircissements, toutes les précisions, 
lever les inquiétudes, améliorer encore le dispositif pour 
permettre de convaincre tout en gardant l'esprit", a-t-il dit 
dans un discours dans une société de la banlieue parisienne. 
    "L'esprit, c'est qu'il y ait plus d'embauches dans notre 
pays, plus d'emploi, et plus de jeunes, notamment, qui rentrent 
en contrat à durée indéterminée", a-t-il précisé. 
     
    "LA VIE, CE N'EST PAS DE SE RETIRER" 
    François Hollande a exclu le retrait du texte, réclamé par 
la CGT, Force ouvrière et le syndicat étudiant Unef. 
    "La vie, ce n'est pas de se retirer, ni de retirer, la vie 
c'est d'avancer, avancer toujours, mais avancer en faisant en 
sorte que nous puissions donner des garanties et aux uns et aux 
autres", a-t-il déclaré. 
    Le gouvernement a repoussé du 9 au 24 la présentation du 
texte en conseil des ministres, le temps de mener des 
consultations avec les partenaires sociaux et de recevoir les 
mouvements de jeunes.   
    Une surtaxation des contrats à durée déterminée (CDD) figure 
parmi les pistes du gouvernement. 
    "Ce n'est pas dans le texte aujourd'hui. Ça peut être dans 
la discussion que les partenaires sociaux peuvent avoir dans le 
cadre de la négociation sur l'Unedic. Aujourd'hui, ce qu'il 
faut, c'est favoriser l'embauche sous la forme de CDI", a dit 
François Hollande. 
    "C'est vrai que la lutte contre la précarité doit être 
menée. Après, les partenaires sociaux en fixeront avec nous les 
modalités", a ajouté le chef de l'Etat. 
    En début de journée sur France Info, la ministre du Travail, 
Myriam El Khomri, avait déclaré que la surtaxation des contrats 
courts et l'abandon d'une disposition pour les apprentis étaient 
"sur la table". 
    L'idée d'un CDD surtaxé, rejetée par le Medef, a suscité le 
scepticisme du patron de l'entreprise visitée par François 
Hollande.  
    "C'est une erreur parce que nous sommes une entreprise en 
croissance et si cette taxation effectivement se faisait, ça 
ralentirait notre croissance, c'est un signal contradictoire", a 
estimé Christophe Gurtner devant la presse.   
    Lors d'un aparté avec les journalistes à Moissy-Cramayel, 
François Hollande a dit comprendre les angoisses d'une jeunesse 
qui a du mal à se projeter dans l'avenir.  
    "Ce qu'expriment les jeunes, c'est un sentiment de précarité 
auquel il faut répondre. C'est pas simplement sur le texte 
qu'ils s'expriment. Il y a un contexte qui est lourd avec ce qui 
se passe dans le monde : la crise des réfugiés, le terrorisme. 
C'est difficile de se projeter", a-t-il souligné.     
 
 (Elizabeth Pineau, avec Simon Carraud, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant