France-Hollande étend le service militaire volontaire

le
0

* Dispositif pour jeunes en difficulté en France métropolitaine * Sept sites à terme, pour 2.000 bénéficiaires * Le chômage est "trop élevé", reconnaît Hollande ALENÇON, Orne, 27 avril (Reuters) - François Hollande a annoncé lundi la mise en place en France métropolitaine du "service militaire volontaire", un dispositif d'insertion qui a fait ses preuves outre-mer, pour compléter l'arsenal de lutte contre le chômage des jeunes. En visite dans un centre de formation pour jeunes en difficulté (Epide) à Alençon, le chef de l'Etat a indiqué que le système serait expérimenté initialement dans trois sites pour un total de 1.000 places, qui seront complétés ensuite par quatre autres établissements. Peu de temps après ces annonces, le ministère du Travail diffusait les chiffres des demandeurs d'emploi pour le mois de mars, marqué par une hausse de 0,4% dans la catégorie A et de 1% pour les moins de 25 ans. ID/nL8N0XO46N "Nous sommes confrontés à un chômage élevé, trop élevé", a dit François Hollande. Le président a appelé à "créer toutes les conditions de l'activité et de la compétitivité. Mais également offrir toutes les conditions pour que la formation puisse correspondre aux emplois de demain (...) Et enfin faire en sorte que les jeunes ne se découragent pas. Parce que quand un pays n'est pas capable d'offrir à sa jeunesse un espoir, ce pays n'a pas d'avenir." Le taux de chômage des moins de 25 ans, dans sa définition du Bureau international du travail, atteint aujourd'hui près de 24%. DEUXIÈME CHANCE Avec les Epide (Etablissement public d'insertion de la Défense-NDLR), le service militaire volontaire (SMV) désormais étendu à l'ensemble de la France et le service civique, "tout concourt à ce que les jeunes puissent avoir une deuxième chance", a déclaré le président de la République. Les deux premiers centres SMV ouvriront à l'automne à Brétigny-sur-Orge (Essonne) et Montigny-lès-Metz (Moselle). Un troisième sera installé en janvier dans le sud de la France, en un lieu à déterminer. Quatre centres s'y ajouteront dans l'année 2016, "ce qui fera sept centres en tout pouvant accueillir 2.000 jeunes", a résumé le président. Ces centres, qui relèveront du ministère de la Défense, recevront des jeunes de 18 à 25 ans sous encadrement militaire pour des formations professionnelles, le plus souvent dans des métiers en tension comme l'hôtellerie, la restauration et le bâtiment. Le chef de l'Etat a visité à Alençon un centre Epide, structure "de la seconde chance" créée en 2005 proposant une remise à niveau des jeunes, qui peuvent aussi bien améliorer leur niveau de français que passer leur permis de conduire ou apprendre à chercher un emploi. En début d'année, le président avait annoncé qu'un millier de jeunes supplémentaires pourraient être accueillis d'ici l'année prochaine, soit un flux de 4.500 élèves par an au lieu de 3.500 actuellement, répartis dans 18 établissements en France métropolitaine. Deux centres supplémentaires seront créés dans le sud, a annoncé lundi le président. (Elizabeth Pineau, édité par Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant