France-Hollande et Valls tentent de calmer une majorité nerveuse

le
4
    PARIS, 30 novembre (Reuters) - François Hollande et Manuel 
Valls ont envoyé mercredi en conseil des ministres un message 
d'unité sonnant comme un appel au calme dans un contexte de 
tension extrême au sein de la majorité dans la perspective de 
l'élection présidentielle de l'an prochain.  
    Le président, contesté et affaibli, doit annoncer début 
décembre s'il brigue un second mandat, en vertu un calendrier 
inchangé "depuis huit mois", a rappelé le porte-parole du 
gouvernement.  
    Lors du conseil des ministres, le président a rappelé "la 
nécessité d'être tous à son poste, à sa place, pour qu'il y ait 
une action qui soit conduite, qui soit menée", a dit Stéphane Le 
Foll devant la presse.  
    "Donc l'Etat est dirigé, quelles que soient les périodes, 
quels que soient les moments, l'Etat doit être dirigé, ce qui 
est le cas, et donc il a rappelé que tout le monde devait être à 
son poste, a ajouté ce proche du chef de l'Etat. 
    Prenant la parole en conseil à la suite du président, le 
Premier ministre a déclaré qu'"il faudrait maintenant à la fois 
défendre le bilan et que l'Etat était dirigé en cohésion et en 
cohérence", a également rapporté le porte-parole.  
    François Hollande et Manuel Valls se sont serré la main de 
façon appuyée sur le perron de l'Elysée pour donner une image 
d'unité au sommet de l'Etat. 
    L'exécutif a frôlé la crise après un entretien accordé au 
Journal du dimanche dans lequel Manuel Valls déclare se préparer 
et se tenir "prêt" dans la perspective de l'élection 
présidentielle.   
    "Ce matin, ce qui a été très clair, c'est que nous sommes en 
responsabilité, nous avons - et le président de la République - 
la conduite de la France, le Premier ministre l'a aussi rappelé, 
et ce gouvernement de la France est totalement à la fois 
cohérent et pleinement mis en oeuvre", a dit Stéphane Le Foll.  
    "Il n'y a pas de discussion sur ce sujet. C'est ça ce qui a 
été dit ce matin", a-t-il poursuivi. "Je pense que dans tous ces 
moments, il faut garder de la sérénité et du calme parce que 
sinon ça peut vite effectivement basculer dans de la tension et 
beaucoup de difficultés." 
    Selon des sources gouvernementales, le dîner hebdomadaire de 
la majorité n'a pas eu lieu mardi soir.  
    La crispation est très forte au Parlement, où s'affrontent 
différents courants de la gauche sur fond de multiplication des 
candidatures, y compris en dehors de la primaire ouverte que le 
PS organise fin janvier.  
     Beaucoup de voix s'élèvent pour demander au président de 
faire connaître sa décision sans attendre, afin de clarifier 
l'horizon à gauche, alors que la droite vient de désigner 
François Fillon comme son candidat au terme d'une primaire 
populaire et incontestée dont le deuxième tour a eu lieu 
dimanche.   
 
 (Elizabeth Pineau et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves 
Clarisse)
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair il y a une semaine

    Ils vont faire campagne sur le bilan, .... good luck

  • phili646 il y a une semaine

    De toute façon, il n'y a pas d'issue positive pour ENFERFISCAL 1er, il est cerné de toute part. Avec ou sans primaire il est cuit !!!

  • phili646 il y a une semaine

    S'il lui reste un atome de lucidité, Culbuto 1er jettera l'éponge. Dans le cas contraire il va se faire dézinguer par ses petits camarades.

  • M940878 il y a une semaine

    majorité à 10% ?