France-Hollande adopte la stratégie du moindre mal

le
4
LE GOUVERNEMENT AJOURNE LE PROJET DE LOI SUR LA FAMILLE POUR SE CONCENTRER SUR L'EMPLOI
LE GOUVERNEMENT AJOURNE LE PROJET DE LOI SUR LA FAMILLE POUR SE CONCENTRER SUR L'EMPLOI

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - François Hollande a adopté la stratégie du moindre mal en ajournant le projet de loi sur la famille pour s'épargner une guérilla de la gauche au Parlement et de la droite dans la rue afin de se concentrer sur la bataille de l'emploi.

L'entourage du chef de l'Etat invoque "la nécessité de concentrer l'action de l'exécutif sur la lutte contre le chômage et le pacte de responsabilité" proposé aux entreprises.

Il met aussi en avant un calendrier parlementaire contraint, en raison des élections municipales de mars, et une volonté d'apaiser "un certain nombre de tensions, y compris lorsque celles-ci sont alimentées par de faux débats".

Des dizaines de milliers de manifestants anti-mariage gay ont manifesté dimanche à Paris et Lyon en brandissant le spectre d'une extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et d'une légalisation de la gestation pour autrui (GPA), pourtant écartées du projet de loi sur la famille.

François Hollande exclut "tout ce qui pouvait parasiter les mois à venir", souligne un ministre, qui ne s'en dit pas moins surpris par le "timing" de l'annonce de ce report.

La poursuite de la progression du chômage fin 2013 n'est sans doute pas étrangère à cette précipitation.

"L'impact de la non inversion de la courbe du chômage a un impact beaucoup plus fort et négatif que le retrait de ce projet de loi", souligne Frédéric Dabi, de l'institut de sondage Ifop.

Pour Gaël Sliman (BVA), les attentes des Français portent avant tout sur les questions économiques et sociales et toute insistance sur des sujets "sociétaux" renforce le sentiment "que le gouvernement n'est pas en phase avec leurs préoccupations".

ÉLECTIONS MUNICIPALES

"Il valait mieux pour le gouvernement un recul ponctuel que de se retrouver avec une mobilisation forte et durable et une obsession médiatique pour un sujet non prioritaire", estime cet analyste. "C'est peut-être un moindre mal."

Pascal Perrineau, du Centre de recherche de l'Institut de sciences politique de Paris évoque aussi une volonté de ne pas jeter d'huile sur le feu avant des municipales difficiles.

"Il y avait le risque d'accentuer les fractures. Ce pouvoir a déjà des difficultés avec son électorat à gauche de la gauche, il ne faut pas qu'il ait des difficultés au centre", explique-t-il. "Entre rassurer ses troupes et consolider une base électorale en déclin, la deuxième hypothèse l'a emporté."

Le report d'un texte censé régler une série de problèmes liés à l'évolution de la famille est jugée comme une retraite en rase campagne par une partie de sa majorité.

"Si le gouvernement est effrayé par quelques dizaines de milliers de manifestants qui battent le pavé, il ne faut plus gouverner", s'est indigné le sénateur socialiste Jean-Pierre Michel, ex-rapporteur de la loi sur le mariage gay au Sénat.

Le même estime que la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, dont le ministère paraît ne plus avoir d'objet, n'a plus qu'à démissionner. Avis partagé par un autre ministre.

Le contraste est d'autant plus saisissant que François Hollande avait tenu bon au premier semestre 2013 quand les opposants au mariage homosexuel parvenaient à mobiliser jusqu'à un million de manifestants dans les rues de Paris.

Mais le chef de l'Etat avait peut-être plus à craindre cette fois de la surenchère d'élus de la majorité décidés à passer outre les consignes de l'exécutif et à déposer des amendements visant à étendre la PMA et à légaliser la GPA.

SURENCHÈRES

"Je ne veux pas rassurer ceux qui manifestaient et je leur dis que la gauche se battra toujours pour l'ouverture de nouveaux droits", déclarait lundi le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, avant l'annonce de l'ajournement.

Un ajournement jugé "sage" par le député PS Christophe Caresche, en raison des divisions au sein de la majorité.

Le groupe PS à l'Assemblée a pris acte mardi matin, lors de sa réunion hebdomadaire, de la décision du gouvernement - "Nous avons compris qu'il faut savoir stopper la surchauffe des esprits", a déclaré son porte-parole Thierry Mandon.

La stratégie du chef de l'Etat n'est cependant pas sans risque et laissera sans doute des traces au sein du gouvernement à en juger par un tweet de la ministre écologiste du Logement.

"Respecter la famille c'est reconnaître dans la loi les nouvelles formes de vie familiale. La gauche, c'est la conquête des droits", écrit Cécile Duflot - une critique à peine voilée.

Les députés PS et écologistes envisagent d'ailleurs de déposer, malgré tout, dans les mois à venir des propositions de loi reprenant en partie le projet de texte sur la famille, notamment sur le statut des beaux-parents ou l'adoption.

Pour Frédéric Dabi, cette séquence pourrait faire renaître dans l'opinion l'image d'un pouvoir hésitant, incapable de s'en tenir à un cap ou de trancher - image atténuée par François Hollande avec ses voeux et sa conférence de presse du 14 janvier - "Il y a un risque de rechute", souligne l'analyste de l'Ifop.

Reste enfin le risque que cet épisode, après la suspension de l'écotaxe sous la pression des "bonnets rouges" bretons fin 2013, fasse jurisprudence et incite les détracteurs de tout nouveau projet de loi à descendre dans la rue, dit Gaël Sliman.

"On hésite entre pitoyable et désespérant", a déploré mardi le député communiste André Chassaigne. "C'est donner raison à ceux qui ont manifesté et c'est un encouragement à des positions extrêmement conservatrices."

Autant de risques que François Hollande semble assumer.

Avec Elizabeth Pineau, Julien Ponthus, Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mjjmimi le mardi 4 fév 2014 à 20:09

    Gouvernement de cloches...

  • nicog le mardi 4 fév 2014 à 18:48

    Investissements étrangers en France en 2013 = -77% alors qu'en Allemagne c'est +390%. voila des sujets sur lesquels ils devraient plancher ...

  • mark92 le mardi 4 fév 2014 à 18:40

    Un pas en avant, 5 promesses en arrière.

  • M3435004 le mardi 4 fév 2014 à 17:43

    Concentre-toi Pépère ! La raclée, c'est MAINTENANT.