France-Hollande à Colombey pour l'"Histoire", critiques à droite

le
0
    * Hommage au général de Gaulle sur ses terres de Haute-Marne 
    * Une première pour un président socialiste en exercice 
    * Les Républicains ironisent sur un déplacement "tactique" 
 
 (Actualisé avec visite à Colombey, autres réactions) 
    PARIS, 13 juin (Reuters) - François Hollande s'est rendu 
lundi à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne) pour se 
recueillir sur la tombe du général de Gaulle, une première pour 
un président socialiste en exercice dont s'offusque une partie 
de la famille gaulliste. 
    Le chef de l'Etat a rendu un hommage sans discours au 
fondateur de la Ve République à cinq jours de l'anniversaire de 
l'appel du 18 juin 1940, que François Hollande ira célébrer au 
Mont Valérien, haut lieu de la Résistance.   
    A Colombey, où il était accompagné par le ministre de la 
Défense, Jean-Yves Le Drian, François Hollande a été accueilli 
par le petit-fils du général, Yves de Gaulle.  
    La venue du chef de l'Etat répond à une invitation de la 
famille De Gaulle, précise l'entourage de François Hollande. 
    "Le général de Gaulle appartient à tous les Français, il 
appartient à notre Histoire et il est normal de rendre hommage à 
un homme qui a contribué à faire de notre pays ce qu'il est 
aujourd'hui", souligne un proche.   
    Ce déplacement a suscité l'ironie du porte-parole des 
Républicains, Guillaume Larrivé.  
    "D'une certaine manière, nous nous félicitons de ce qui 
pourrait être une sorte de conversion tardive à quelques valeurs 
qui sont les nôtres, les valeurs du gaullisme, même si nous ne 
nous faisons aucune illusion bien sûr sur le caractère tactique 
d'une telle multiplication de commémorations", a-t-il déclaré 
lors d'un point de presse. "A tel point qu'on se demande s'il 
est président de la Ve République ou de la IVe République." 
         
    "PROVOCATION" 
    Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée 
nationale, s'est refusé à tout "commentaire politique" sur cette 
visite "à partir du moment où c'est la famille qui l'a invité".  
    Plus sévère, le député Nicolas Dupont-Aignan, président de 
Debout la France et candidat à l'élection présidentielle de 
2017, dénonce une "provocation".  
    "François Mitterrand n'a jamais été gaulliste mais n'a 
jamais eu l'outrecuidance de se recueillir sur la tombe du 
général de Gaulle", a-t-il déclaré sur RTL. "François Hollande 
se livre à une petite manoeuvre assez pitoyable. C'est une 
provocation". 
    A la différence de l'ancien président socialiste 
(1981-1995), auteur d'un essai anti-De Gaulle intitulé "Le coup 
d'Etat permanent", François Hollande ne se pose pas en 
détracteur du fondateur de la Ve République, qu'il cite souvent 
dans ses discours.  
    "Le président commémore chaque année l'appel du 18 juin. Il 
rend hommage à tous ceux qui ont fait notre Histoire. Cela fait 
tout simplement partie du rôle d'un président de la République", 
souligne son entourage, qui ne voit pas dans la visite à 
Colombey matière à "polémique". 
    Le déplacement de François Hollande en Haute-Marne précédera 
d'autres hommages.  
    Il visitera vendredi à Versailles l'exposition "Un président 
chez le roi-De Gaulle au Trianon". Puis, le lendemain, jour 
anniversaire de l'Appel du 18-Juin, il rendra sa traditionnelle 
visite au Mont Valérien, devant le Mémorial de la France 
combattante. 
    La plupart des candidats à la primaire de droite se 
réclament du gaullisme, tel le maire de Bordeaux, Alain Juppé, 
et l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, 
qui a fait acte de candidature ce lundi.     
    Colombey-les-Deux-Eglises est un lieu de pèlerinage pour des 
personnalités politiques de tous bords. L'ex-président Les 
Républicains Nicolas Sarkozy s'y rendait chaque année lorsqu'il 
était au pouvoir.  
    En 2014, le vice-président du Front national, Florian 
Philippot, était allé fleurir la tombe du général de Gaulle à 
l'occasion du 44e anniversaire de sa mort, le 9 novembre 1970.   
   
 
 (Elizabeth Pineau, avec Sophie Louet et Emile Picy, édité par 
Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant