France-Hausse de 18% des demandes d'asile sur les 5 premiers mois

le
1
    PARIS, 8 juin (Reuters) - Le nombre de demandeurs d'asile en 
France a augmenté de 18% sur les cinq premiers mois de 2016, par 
rapport à la même période en 2015, a annoncé mercredi le 
directeur général de l'Office français de protection des 
réfugiés et apatrides (Ofpra). 
    Une "hausse maîtrisée", estime Pascal Brice, d'après qui la 
France n'est pas en situation de "crise de l'asile". 
    Quelque 36,2% des demandeurs se sont vu accorder une 
protection, en première instance ou en appel, a-t-il précisé.  
    Début 2016, comme en 2015, la Syrie et le Soudan restent les 
deux premiers pays d'origine des demandeurs d'asile. Mais leur 
ordre s'est inversé, la Syrie devenant en début d'année le 
premier pays d'origine des flux. C'était le Soudan en 2015.  
    De janvier à mai 2016, 2.967 demandes syriennes et 2.567 
demandes soudanaises ont été enregistrées, a indiqué mercredi 
Pascal Brice.  
    La demande afghane, qui s'est hissée en 2015 du 31e au 10e 
rang, reste elle aussi très forte sur les cinq premiers mois de 
l'année, avec 2.484 demandes enregistrées, juste derrière la 
Syrie et le Soudan.  
    En 2015, 80.075 personnes ont demandé l'asile en France, 
troisième pays d'accueil dans l'Union européenne (UE), derrière 
l'Allemagne et la Suède, en hausse de 23,6% par rapport à 2014, 
selon le rapport annuel de l'Ofpra publié mercredi. 
Quarante-et-un pour cent d'entre elles résidaient en 
Ile-de-France.   
    Outre les flux spontanés de demandeurs d'asile arrivant sur 
son sol, Paris s'est engagé à accueillir 32.000 réfugiés 
supplémentaires d'ici fin 2017, notamment dans le cadre d'un 
mécanisme de répartition entre pays membres de l'UE via des 
"hotspots" en Grèce et en Italie.  
    Ce système, qui a démarré difficilement, "décolle" depuis 
janvier, avec la mise en place d'une mission de l'Office 
français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) en 
Grèce, assure Pascal Brice. 
    La France devrait accueillir 22.000 personnes dans le cadre 
de ce système, et 10.000 via un programme de "réinstallation" 
depuis la Turquie, le Liban, l'Egypte et la Jordanie.  
 
 (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sarestal il y a 6 mois

    On a tellement besoin de nouveaux pauvres dans un pays RICHE de 2200 milliards de dettes.Pays qui compte aussi 6 millions de chômeurs ! C'est une chance !