France-Grève votée dans les 19 centrales nucléaires, dit la CGT

le
0
 (Actualisé avec précisions) 
    PARIS, 25 mai (Reuters) - Les personnels des 19 centrales 
nucléaires françaises ont voté la grève pour jeudi, journée 
nationale d'action contre la loi Travail, a déclaré Marie-Claire 
Cailletaud, porte-parole de la fédération de l'énergie et des 
mines de la CGT. 
   Le mouvement, qui devait débuter mercredi à partir de 20h00 
(18h00 GMT), devrait entraîner des baisses de charge, mais non 
l'arrêt des centrales, a-t-elle précisé à Reuters. "On n'arrête 
pas une centrale nucléaire comme ça, ce n'est pas comme une 
centrale thermique ou un barrage hydraulique". 
   Outre le mouvement dans les centrales nucléaires, les 
personnels d'au moins quatre centrales thermiques classiques ont 
également décidé de cesser le travail et il y aura le blocage 
d'une unité de stockage de gaz dans le sud de la France. 
   Alors que les huit raffineries françaises étaient mardi à 
l'arrêt ou tournaient au ralenti selon la CGT, la branche 
énergie avait appelé les salariés du secteur à amplifier la 
mobilisation. 
   Selon EDF, le pic du mouvement avait été atteint jusqu'à 
présent le 31 mars dernier avec 17% de grévistes. 
   Priée de dire si la grève pourrait se poursuivre au-delà de 
jeudi dans l'énergie, Marie-Claire Cailletaud a répondu : "Oui, 
si le Premier ministre ne retire pas le projet de loi Travail". 
   "On appelle à ce que le mouvement soit fort et qu'il monte en 
puissance parce qu'on sent bien qu'il faut que les salariés 
pèsent de tout leur poids pour que le gouvernement les entendent 
enfin", a-t-elle dit.  
   Le mouvement dans l'énergie porte également sur des 
revendications propres au secteur, notamment l'emploi.    
 
 (Gérard Bon, avec Emmanuel Jarry, édité par Simon Carraud) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant