France-Gattaz regrette d'avoir qualifié la CGT de "terroriste"

le
2
    PARIS, 1er juin (Reuters) - Le président du Medef, Pierre 
Gattaz, a regretté mercredi d'avoir qualifié de "terroristes" 
les méthodes de la CGT dans la contestation contre la loi 
Travail mais a maintenu qu'il s'agissait selon lui de procédés 
dignes de "voyous". 
    L'utilisation de ce qualificatif lui avait valu les 
critiques d'une grande partie de la classe politique, dont le 
Premier ministre Manuel Valls, et une plainte en diffamation du 
numéro un de la CGT, Philippe Martinez.   
    "Ce mot a été mal compris et peut choquer, notamment les 
personnes qui ont été touchées par les événements récents qui 
ont endeuillé notre pays. Ce n'était évidemment pas mon 
intention. Le mot terrorisme était donc inadapté dans ce 
contexte", déclare Pierre Gattaz dans un communiqué. 
    "Mais les méthodes de voyous employées par la CGT doivent 
cesser : menacer les salariés et les chefs d'entreprise, chanter 
que 'les patrons, ça ne mérite que la pendaison', revendiquer de 
'bloquer l'activité économique' d'une région ou d'un pays, 
parler de 'terrorisme patronal' dans ses tracts, ce sont des 
actes qu'il faut dénoncer et qui démontrent une conception 
affligeante du dialogue social." 
 
 (Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 le mercredi 1 juin 2016 à 13:10

    Trop tard le mal est fait !!!

  • g.joly1 le mercredi 1 juin 2016 à 13:05

    La trouille d'un procès ? Merci Sainte Pétoche.