France-Forte mobilisation attendue jeudi contre la loi Travail

le
0
    * Exécutif et syndicats attendent une mobilisation massive 
    * Perturbations anticipées dans les transports et services 
publics 
    * Le patronat mise sur des évolutions au Parlement 
 
    PARIS, 30 mars (Reuters) - Le gouvernement et les syndicats 
anticipent une participation massive aux manifestations prévues 
jeudi à travers la France à l'appel d'organisations de salariés 
et de jeunesse pour exiger le retrait du projet de réforme du 
Code du travail.   
    Si la CFDT a bien accueilli les modifications apportées au 
texte pour apaiser la contestation, la nouvelle mouture du 
projet de loi porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri 
cristallise encore les critiques.   
    "On s'attend à une mobilisation importante. La CGT se 
prépare depuis plusieurs semaines, la SNCF est mobilisée", 
déclare-t-on dans l'entourage du Premier ministre.  
    "En même temps, nous sommes désormais dans une autre phase 
qui est celle de l'examen parlementaire, avec un travail 
d'enrichissement du texte sans remettre en cause sa portée 
réformatrice", dit-on de même source.  
    Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez déclare 
quant à lui dans un entretien publié mercredi dans L'Humanité 
qu'"il y aura énormément de monde demain dans les rues, j'en 
suis persuadé."     
     
    UNE PROLONGATION PAS EXCLUE 
    Plus de 260 rassemblements sont recensés sur le site de la 
pétition "Loi Travail: non, merci !".     
    La journée de jeudi est censée constituer le point culminant 
des manifestations des opposants à la réforme, qui ont battu le 
pavé une première fois le 9 mars, avant les journées de 
mobilisation à l'initiative des mouvements lycéens et étudiants 
les 17 et 24 mars.   
    Les organisations ayant appelé à la mobilisation et à la 
grève - CGT, FO, FSU, Solidaires pour les salariés et Unef, UNL 
et Fidl pour les étudiants et lycéens - n'excluent cependant pas 
de prolonger le mouvement, en fonction de la réaction du 
gouvernement. 
    Faute de réponse de l'exécutif à l'issue de cette journée, 
elles inviteront "à débattre la poursuite de l'action dans les 
jours suivants et à renforcer les mobilisations, y compris par 
la grève et les manifestations", indiquent-elles dans un 
communiqué commun. 
    La mobilisation devrait entraîner des perturbations dans les 
transports, la SNCF prévoyant des difficultés dans la 
circulation des TGV (sauf sur l'axe Est) et anticipant un TER 
sur deux en moyenne en région. Le trafic sera en revanche normal 
pour les trains internationaux Eurostar, Thalys et Lyria.      
    La RATP prévoit un train sur deux pour les RER A et B et 
trois rames sur quatre en moyenne pour les métros. 
    Le secteur aérien ne sera pas épargné et 20% des vols ont 
été annulés à Orly et un tiers à l'aéroport de Marseille, a 
annoncé la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).  
     
    LE PARLEMENT, AUTRE TERRAIN DE BATAILLE 
    Le projet de loi, qui entend donner plus de place à la 
négociation collective dans les entreprises et les branches 
professionnelles pour renforcer la compétitivité et développer 
l'emploi, a été présenté la semaine dernière en conseil des 
ministres et doit maintenant être examiné par le Parlement. 
    Les organisations patronales, qui estiment que les 
changements apportés par le gouvernement ont vidé de son sens un 
texte qu'elles avaient initialement plutôt bien accueilli, 
comptent d'ailleurs peser sur le débat parlementaire.  
    "Nous avons encore un petit espoir de convaincre les députés 
de droite et de gauche, surtout ceux de la majorité, que le 
moment est historique", a déclaré le président du Medef Pierre 
Gattaz mardi sur France Info. 
    La CFE-CGC a quant à elle lancé sur Twitter un appel à un 
rassemblement aux abords de l'Assemblée nationale le 3 mai, jour 
où les députés commenceront l'examen de ce projet de loi.      
 
 (Jean-Baptiste Vey et Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant