France-Fin d'examen en 1ère lecture de la transition énergétique

le
0

PARIS, 11 octobre (Reuters) - Les députés français ont achevé samedi au petit matin, après une ultime nuit de débat, l'examen en première lecture du projet de loi de transition énergétique, qui sera soumis à un vote solennel mardi à l'Assemblée, avant d'être examiné par le Sénat. Ce projet de loi prévoit notamment de réduire de 75% à 50% la part de l'énergie nucléaire dans la production d'électricité en France d'ici 2025. Il plafonne en outre à son niveau actuel, 63,2 GW, la capacité de production nucléaire française. Il prévoit également de réduire de moitié la consommation énergétique finale en 2050 par rapport à 2012, avec un objectif intermédiaire de -20% en 2030. Les débats de la nuit ont notamment porté sur la mise en place d'un "chèque énergie" sous condition de ressources pour les ménages modestes, qui devra à terme se substituer aux tarifs sociaux du gaz et de l'électricité. Environ 2.500 amendements avaient été déposés sur la soixantaine d'articles que compte le texte. Pour accélérer les débats, le gouvernement avait décidé d'appliquer la procédure dite du "temps programmé", qui limite le temps de parole. Les députés UMP, qui constituent le principal groupe d'opposition, avaient décidé de défendre un par un leurs amendements sur l'article premier et ne disposaient plus de temps vendredi pour défendre ceux qu'ils avaient déposés sur les autres articles. L'UMP et les centristes de l'UDI ont fait savoir qu'ils voteraient contre le texte. La députée écologiste Barbara Pompili a diffusé sur son compte twitter une photographie montrant les bancs de la droite complètement désertés. "Les absents ont eu tort", a pour sa part déclaré le président socialiste de la commission des affaires économiques de la l'Assemblée, François Brottes. "Malgré cette défection programmée, l'Assemblée nationale a pris ses responsabilités." L'objectif du gouvernement est de faire adopter le projet de loi par le Parlement définitivement au printemps, avant la tenue à Paris, fin 2015, du sommet mondial sur le climat. (Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant