France-Fillon promet qu'il n'abdiquera "jamais"

le , mis à jour à 19:53
0

PARIS, 9 juin (Reuters) - François Fillon, distancé dans les sondages pour la primaire présidentielle à droite, a réaffirmé mardi qu'il n'abdiquerait jamais, malgré les "combines" et les "chausse-trappes". L'ancien Premier ministre réunissait à Paris les adhérents de son parti, Force républicaine, estimés à ce jour à 6.000, et ses soutiens parlementaires pour une assemblée générale. "Ces trois dernières années, j'ai traversé des épreuves, j'ai buté sur des chausse-trappes et des combines. Certains espèrent d'ailleurs toujours me dérouter de mon but", a-t-il déclaré lors d'un discours, évoquant notamment sa guerre fratricide avec Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP en 2012. "Fléchir sous les coups, abdiquer : jamais!", a-t-il lancé. "Je ne serai pas la proie de ceux qui veulent étouffer le match présidentiel avant même que la compétition n'ait commencé. Les Français ont le droit de choisir autre chose qu'un remake de 2012", a souligné le député de Paris, qui se dit victime d'une manipulation dans "l'affaire Jouyet". ID:nL5N0YJ1T0 Sans jamais citer Nicolas Sarkozy, François Fillon s'est exprimé pour la première fois publiquement, à la suite d'Alain Juppé, sur les huées dont il a été la cible durant le congrès fondateur des "Républicains", le 30 mai dernier. "J'ai été sifflé, Alain Juppé le fut. Faudra-t-il qu'il ne reste qu'une seule personne sur l'estrade pour que le silence soit assuré?", a-t-il poursuivi sous les applaudissements. "Parodiant Michel Audiard, je vous confierai que 'ça n'est pas parce qu'on a quelque chose à dire qu'il faut la boucler", a-t-il lancé dans un registre inédit. Dans un entretien à paraître mercredi dans Le Figaro, François Fillon, qui est pour l'heure le seul candidat à décliner un programme, estime avoir "peut-être le projet", quand Alain Juppé, principal rival de Nicolas Sarkozy pour la primaire, affirme avoir "l'opinion" contre "le parti" à l'ancien chef de l'Etat. Dans le baromètre politique Ifop de juin pour Paris Match, diffusé mardi, Alain Juppé reste en tête avec 67% d'opinions favorables (-1), dont 81% chez les sympathisants de "LR" et 88% chez les sympathisants, centristes, de l'UDI. François Fillon perd huit points à 52% d'opinions positives, dont 73% dans les rangs des sympathisants des Républicains, à égalité avec les sympathisants UDI. Nicolas Sarkozy perd quatre points à 37%, avec une cote de confiance de 78% chez les Républicains et 27% chez les sympathisants de l'UDI. (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant