France-Fillon juge une dissolution "plausible", pas souhaitable

le
2

PARIS, 27 août (Reuters) - Une dissolution de l'Assemblée est "plausible" au vu des divisions de la majorité, mais un changement de président est préférable à la cohabitation, a dit mercredi François Fillon, sans appeler explicitement François Hollande à la démission. L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qui faisait sa rentrée à Rouez-en-Champagne, dans son département de la Sarthe, s'est livré à une critique sévère de la politique menée depuis la présidentielle de 2012. "Vingt-sept mois ont passé, vingt-sept mois pour rien", a-t-il dit devant les membres de son club, Force républicaine. "Jamais sous la Ve République un président et sa majorité n'auront été aussi rapidement sanctionnés pour leurs résultats et si brutalement désavoués par l'opinion", a-t-il dit. "A tel point que, désormais, la dissolution de l'Assemblée nationale devient plausible." Plusieurs personnalités de droite, d'extrême droite ou d'extrême gauche ont estimé ces dernières heures, après le remaniement du gouvernement, que le chef de l'Etat n'avait plus de majorité et risquait d'être lâché pour de bon pour la gauche du Parti socialiste. Si François Fillon a posé le même diagnostic, il a toutefois dit ne pas souhaiter une cohabitation, perspective qui ne séduit aucun dirigeant de l'UMP, en reconstruction après l'affaire Bygmalion qui a coûté la présidence du parti à Jean-François Copé. "Le retour au peuple est toujours une solution pour résoudre les crises politiques", a dit François Fillon. "Le retour au peuple oui, mais la cohabitation, non." "La France a besoin de changement profond et rapide, la France a besoin d'une révolution culturelle, la France a besoin d'une véritable union nationale pour le progrès et la croissance", a-t-il insisté. "Seule l'élection présidentielle peut en être le catalyseur, pas les intrigues et les manoeuvres inhérentes à la cohabitation", a conclu l'ex-Premier ministre, sans appeler directement François Hollande à démissionner et en évoquant, ensuite, "l'échéance de 2017" pour laquelle il espère être le candidat de la droite. (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KAFKA016 le mercredi 27 aout 2014 à 14:33

    Devoirs de vérité, (éd. Stock), rédigé en 2006 avec Edwy Plenel, François Hollande ne mâchait pas ses mots : "Je préconise un exercice de vérification démocratique au milieu de la législature. (...) Si d'aventure, à l'occasion de cette vérification, une crise profonde se produisait, ou des élections législatives intervenaient, contredisant l'élection présidentielle, nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence

  • ltondu le mercredi 27 aout 2014 à 13:43

    Eh oui ! Départ de porcinet provoquée....Ne partira pas de lui même, ça ferait désordre !