France/États-Unis : Fabius veut-il couper le cordon ?

le
0
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, entend donner à la France une vraie place diplomatique aux côtés des États-Unis de John Kerry.
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, entend donner à la France une vraie place diplomatique aux côtés des États-Unis de John Kerry.

Cela devait être le signe de l'unité entre Français et Américains : Hollande et Obama rappelant mercredi lors d'un entretien téléphonique "la commune détermination" des deux nations à voir l'Iran abandonner l'idée de se doter de l'arme nucléaire.

Une unité de façade qui ne fait pas oublier qu'après le refus de l'Iran d'entériner, dimanche 10 novembre, le texte du groupe 5+1 (rassemblant la Chine, la Russie, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne) plusieurs observateurs avaient pointé du doigt l'attitude de la France et notamment la gestion cavalière du dossier par le ministre des Affaires étrangères français.

Lire aussi notre article "Comment la France et les États-Unis se sont déchirés sur l'Iran".

Face à un accord négocié en amont, uniquement entre Américains et Iraniens, Laurent Fabius avait en effet choisi d'exprimer dès le vendredi ses doutes à la presse, estimant que toutes les exigences n'étaient pas encore remplies par l'Iran et qu'au sujet d'un éventuel accord "rien n'est encore acquis".

Éviter le scénario syrien

La France et son ministre des Affaires étrangères ont ainsi cherché à exister politiquement aux côtés des États-Unis, évitant par la même occasion un nouveau camouflet diplomatique comme ce fut le cas sur le dossier syrien.

Fin août 2013, après s'être engagé aux côtés des Américains à intervenir militairement contre le régime d'Assad, suspecté d'avoir eu recours à des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant