France : Et celle-là, on la gagne enfin ?

le
0
France : Et celle-là, on la gagne enfin ?
France : Et celle-là, on la gagne enfin ?

Si les Bleus ont déjà trois finales au compteur, contrairement aux Anglais (finalistes en 1991 et 2007, sacrés e, 2003) ils n'ont jamais soulevé le trophée Webb Ellis. Cette fois encore moribonde à l'approche de l'événement, cette équipe de France est-elle capable de créer de nouveau la surprise ?

 


PARCOURS EN COUPE DU MONDE
1987 : finaliste
1991 : quarts de finale
1995 : 3eme
1999 : finaliste
2003 : 4eme
2007 : 4eme
2011 : finaliste


CALENDRIER
19/09 (à 21h - Twickenham) : France - Italie
23/09 (à 21h - Stade Olympique) : France - Roumanie
01/10 (à 21h - Milton Keynes) : France - Canada
11/10 (à 17h45 - Cardiff) : France - Irlande

Capitale : Paris
Superficie : 551 500 km²
Population : 66 003 000
Hymne : La Marseillaise (écoutez ici) 

Fédération créée en 1919
Classement WorldRugby (07/09/15) : 7eme
Nombre de licenciés
: 291 202
Nombre de clubs : 1 766
Emblème : le coq
Surnom : les Bleus, les Tricolores
Site internet : www.ffr.fr
Twitter : @FFRugby
Couleurs : bleu, blanc, rouge

Enfin une victoire en finale ?

Trois finales et toujours pas un seul titre mondial pour les Bleus. 2015 sera-t-elle enfin la bonne année pour la bande à Saint-André ? Rien n’est moins sûr quand on regarde de plus près les derniers résultats. À l’heure d’évaluer les chances de l’équipe de France, il faut s’armer d’optimisme et même d’un brin de chauvinisme. En 2011, les Bleus de Marc Lièvremont étaient déjà sous le feu des critiques mais avaient répondu de la plus belle des manières en contestant la suprématie néo-zélandaise jusqu’en finale. On signerait tout de suite pour le même scénario. Le Tournoi des VI Nations n’a pas enlevé toutes les inquiétudes nées du mandat cahin-caha de Philippe Saint-André. Seule une victoire en novembre dernier face à l’Australie avait redonné le sourire aux supporters français avant que la défaite face à l’Argentine vienne vite calmer l’enthousiasme ambiant. En attendant l’arrivée de Guy Novès, PSA a une dernière mission : mener les Bleus au titre mondial. Mission quasi-impossible ?

Le joueur à suivre : Thierry DUSAUTOIR

À 33 ans, Thierry Dusautoir est le capitaine emblématique du XV de France. Le Toulousain s’apprête à disputer sa dernière grande compétition internationale avec les Bleus et aimerait évidemment faire un tout petit peu mieux qu’en 2011. Histoire de finir en beauté l’histoire d’amour qui le lie à l’équipe de France. Une idylle née le 17 juin 2006 face à la Roumanie. Sa première année est compliquée et Bernard Laporte, alors sélectionneur du XV de France, décide de ne pas l’emmener à la Coupe du monde 2007. La blessure d’Elvis Vermeulen change tout. Le talent du Toulousain explose alors aux yeux de la planète rugby. Après une phase éliminatoire où il s’impose comme titulaire, il livre l’un de ses meilleurs matchs en équipe de France contre la Nouvelle-Zélande en quarts de finale. Thierry Dusautoir éclabousse la rencontre de son talent avec un essai à la clé et une stat affolante de 38 plaquages. Sa réputation est faite, le « Dark Destroyer » est né ! À ce jour, Thierry Dusautoir compile 76 sélections en Bleus. Cette Coupe du monde sera sa dernière campagne avec le XV de France. Et si les Bleus offraient une belle sortie à ce monument du rugby français ?

Le sélectionneur : Philippe SAINT-ANDRE

Après une carrière de joueur réussie au poste d'ailier (69 sélections, 34 en tant que capitaine, 32 essais, une finale de Championnat de France avec Montferrand en 1994) puis une carrière d'entraîneur également couronnée de succès, notamment avec Gloucester, Sale et Toulon, Philippe Saint-André (48 ans) est arrivé à la tête du XV de France au sortir de la Coupe du monde 2011. Après Marc Lièvremont - tellement critiqué mais finaliste du Mondial - Saint-André sélectionneur, c'était gagné d'avance. On allait voir ce qu'on allait voir ! Et la France du rugby a vu ! Quatre ans plus tard, « PSA », qui sera remplacé par Guy Novès après le Mondial, présente le pire bilan d'un sélectionneur tricolore, n'a jamais fait mieux que quatrième du Tournoi des VI Nations et n'a jamais battu le pays de Galles et l'Irlande à la tête des Bleus ! Ajoutez à celà une communication hésitante pas toujours bien comprise et une défiance générale du grand public et vous obtenez un sélectionneur guère crédible à l'heure d'entamer la bataille finale. Un peu comme Lièvremont il y a quatre ans ?

Avec la collaboration du magazine OVALE

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant