France et Belgique renforcent leur lutte contre les djihadistes

le
0

PARIS, 13 novembre (Reuters) - François Hollande et le nouveau Premier ministre belge, le libéral Charles Michel, ont appelé jeudi à Paris au renforcement de la lutte contre les candidats au djihad, très nombreux dans leurs pays respectifs. Près de six mois après l'attentat du musée juif de Bruxelles, qui a fait quatre morts le 24 mai et conduit à l'arrestation à Marseille de l'auteur présumé, le Français Mehdi Nemmouche, les deux dirigeants ont mis le sujet au menu de leur premier entretien bilatéral à l'Elysée. "Nous avons un sujet commun, celui des combattants étrangers", a déclaré François Hollande. "Donc nous devons échanger les informations, faciliter les renseignements, suivre les individus", a-t-il ajouté. "Nous sommes extrêmement vigilants, mobilisés et nous faisons en sorte de pouvoir coopérer pour la sécurité de nos concitoyens respectifs". Le nombre de Français impliqués dans des filières djihadistes en Irak et en Syrie est estimé à un millier en France contre 300 pour la Belgique, selon les autorités. Le Premier ministre belge, 38 ans, entré en fonctions le 11 octobre, a lui aussi mis en avant "la volonté de coopérer en faisant en sorte que les services concernés dans les différents pays européens et singulièrement en France et en Belgique, le plus possible puissent travailler ensemble afin d'une part que l'on puisse prévenir la menace autant que possible". La lutte doit notamment se faire, a dit Charles Michel, en "durcissant les sanctions dans le cas de participation à des combats à l'étranger dans des zones de guerre" et "en renforçant autant qu'il est possible la coopération". (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant