France/Essai clinique-Touraine critique la lenteur de l'alerte

le
0
    PARIS, 18 janvier (Reuters) - La ministre des Affaires 
sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a reproché lundi au 
laboratoire Biotrial d'avoir attendu quatre jours pour alerter 
les autorités sanitaires après l'accident survenu lors d'essais 
thérapeutiques d'une nouvelle molécule, qui a fait un mort. 
    Interrogée sur RTL, elle a confirmé que les cinq autres 
victimes étaient toujours dans un "état stable". 
    "Une alerte plus rapide aurait été appréciée (...) face à un 
événement aussi grave, on attendait du laboratoire qu'il se 
manifeste plus rapidement auprès des autorités sanitaires", a 
déclaré la ministre. 
    Un homme en état de mort cérébrale est décédé dimanche et 
cinq autres volontaires ont été hospitalisés, dont quatre 
souffrent de troubles neurologiques, dans le cadre de cet essai 
réalisé par le centre de recherche privé Biotrial, à Rennes 
(Ille-et-Vilaine).   
    Les victimes, des hommes âgés de 28 à 49 ans, avaient 
postulé pour tester, par voie orale, une nouvelle molécule du 
laboratoire portugais Bial à visées psychiatrique (anxiété, 
troubles de l'humeur) et neurologique (troubles moteurs). 
    Selon Marisol Touraine, les autorités n'ont été prévenues 
que jeudi de cet accident, quatre jours après l'admission aux 
urgences du premier patient.   
    "Manifestement un problème majeur s'est posé, dont il est 
trop tôt pour identifier la cause. Plusieurs enquêtes sont en 
cours, j'attends les résultats des premières d'entre elles d'ici 
la fin du mois", a-t-elle indiqué.     
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Jean-hilippe Lefief) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant