France-Enquête du parquet de Paris sur "l'espionnage" de Solère

le
0
    * "Jamais je n'ai demandé la moindre écoute", dit Guéant 
    * Il évoque une "manipulation" contre Sarkozy 
    * Le président des Républicains dubitatif 
 
 (Actualisé avec ouverture d'une enquête préliminaire) 
    PARIS, 13 avril (Reuters) - Le parquet de Paris a ouvert 
mercredi une enquête préliminaire sur l'espionnage présumé qui 
aurait visé Thierry Solère, ex-rival de Claude Guéant aux 
législatives de 2012, des soupçons que rejette catégoriquement 
l'ancien ministre de l'Intérieur. 
    Claude Guéant dénonce une "manipulation" visant à travers 
lui Nicolas Sarkozy après les informations du Monde sur la 
surveillance de la Direction générale de la sécurité extérieure 
et demande à François Hollande de diligenter une enquête. 
    "Suite à la parution d'un article du journal Le Monde mardi 
12 avril 2016 faisant état d'une surveillance de Thierry Solère 
par la Direction générale de la sécurité extérieure, le parquet 
de Paris a ouvert ce jour une enquête préliminaire", annonce le 
procureur dans un communiqué. 
    Cette enquête est ouverte "des chefs de collecte frauduleuse 
de données à caractère personnel et d'atteinte à l'intimité de 
la vie privée et recel de ce délit." 
    L'enquête est confiée à la section de recherches de Paris de 
la gendarmerie nationale. 
    Selon Le Monde, la DGSE aurait espionné en 2012 Thierry 
Solère, aujourd'hui organisateur de la primaire à droite, alors 
qu'il s'était présenté en candidat dissident de l'UMP contre le 
ministre sortant de l'Intérieur aux législatives dans les 
Hauts-de-Seine, scrutin finalement remporté par Thierry Solère. 
    "Une fois de plus je suis mis en cause, de façon totalement 
injuste, sans aucun fondement", a réagi sur Europe 1 Claude 
Guéant, qui souligne que la DGSE, qui a démenti l'information du 
Monde, dépend de la Défense. 
         
    SARKOZY N'Y CROIT PAS 
    "Jamais je n'ai demandé la moindre écoute téléphonique de 
quelque personnalité politique que ce soit", a dit l'ancien 
secrétaire général de l'Elysée, dont le nom est cité dans 
plusieurs procédures judiciaires. 
    Pour Claude Guéant, "il se peut qu'il y ait une manipulation 
totale" qui vise potentiellement Nicolas Sarkozy. 
    "Je ne mets pas en cause le président de la République, même 
si je l'invite comme le Premier ministre et le ministre de la 
Défense (...) à donner suite à la requête que je leur présente 
de diligenter une enquête sur ce qui s'est passé." 
    Nicolas Sarkozy, en déplacement mercredi en Inde, a mis en 
doute sur France Info les allégations du Monde : "Vous imaginez 
le ministre de l'Intérieur faire appel à la DGSE alors qu'elle 
dépend du ministère de la Défense? Et puis Thierry Solère 
s'exprime six fois par jour à la télé, si on avait voulu le 
tracer, ça aurait été simple." 
    Thierry Solère, qui s'est ému d'un "viol" mercredi sur 
France Inter, a confirmé qu'il envisageait une plainte contre X. 
    "Je n'accuse pas Claude Guéant. (...) J'ai deux questions : 
'est-ce que c'est vrai?', 'qui a fait ça?'", a-t-il expliqué. 
    "Le 19 mars 2012, c'est l'affaire Merah", a rappelé le 
député de Boulogne-Billancourt dont la surveillance aurait 
commencé le 20 mars 2012. 
    "L'idée que dans les jours qui viennent il y ait des 
services de renseignement français qui s'occupent d'un candidat 
à des élections législatives à Boulogne-Billancourt plutôt que 
de faire leur travail, (...) c'est tellement incroyable, si 
c'est vrai c'est très très grave", a-t-il commenté. 
 
 (Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant