France-En 2017, crédit d'impôt pré-prélèvement à la source-presse

le
2
    PARIS, 1er septembre (Reuters) - Les contribuables français 
bénéficieront d'un crédit d'impôt exceptionnel permettant 
d'annuler l'impôt sur leurs revenus de 2017 en vue de l'entrée 
en vigueur du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu 
en 2018, selon l'édition de vendredi des Echos.  
    Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, qui 
doit entrer en vigueur le 1er janvier 2018, sera inscrit dans le 
projet de loi de finances 2017, qui doit être discuté en octobre 
à l'Assemblée.  
    Avec ce changement, les contribuables paieront en 2017 leur 
impôt sur les revenus 2016 et s'acquitteront en 2018 de leur 
impôt sur les revenus 2018. S'ils ne sont pas imposés, les 
revenus de l'année 2017 devront cependant être déclarés.  
    "Les contribuables recevront un crédit d'impôt modernisation 
du recouvrement' pour annuler l'impôt de l'année 2017, juste 
avant la bascule vers le prélèvement à la source", indique le 
quotidien économique en précisant avoir pu consulter le projet 
de texte communiqué aux parlementaires.  
    Le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin avait 
indiqué dans un entretien accordé au Journal du Dimanche fin 
juillet que l'année 2017 ne serait pas une "année blanche" et 
que les recettes exceptionnelles, comme les plus-values 
mobilières ou immobilières, feraient l'objet d'un prélèvement 
distinct.    
    Il avait également évoqué à cette occasion des mesures 
destinées à éviter la fraude ou l'optimisation fiscale.  
    Ainsi, selon Les Echos, "le texte donne le droit à 
l'administration fiscale de demander des justifications au 
contribuable sur ses revenus de 2017, même en dehors d'un 
contrôle fiscal", est-il précisé.  
    Michel Sapin, de même que le secrétaire d'Etat au Budget 
Christian Eckert, ont déjà assuré à plusieurs reprises que cette 
réforme contestée par l'opposition et le Medef ne serait pas 
remise en cause, même si son entrée en vigueur doit intervenir 
après l'élection présidentielle de 2017.  
    Mais Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite, a 
déclaré dans un entretien paru dans l'édition de jeudi des Echos 
qu'il reviendrait sur ce dispositif en cas de victoire à la 
présidentielle.       
 
 (Myriam Rivet, édité par Eric Faye) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 il y a 3 mois

    Cela ne concerne pas 60 % des Français ...

  • nayara10 il y a 3 mois

    USINEAGAZ2

Partenaires Taux