France-Emmanuel Macron pris à partie lors d'une visite d'usine

le
0
    PARIS, 25 avril (Reuters) - Le ministre de l'Economie, 
Emmanuel Macron, a été pris à partie lundi par des syndicalistes 
opposés au projet de réforme du Code du travail lors d'une 
visite d'entreprise. 
     "Ce n'est pas par plaisir qu'on va dans la rue. Ce n'est 
pas par plaisir que les gens perdent leur salaire pour aller 
manifester", lui ont-ils dit sur le site de l'entreprise Rexiaa 
à Issoire (Puy-de-Dôme). "Vous ne faites rien, vous nous 
ignorez, vous nous méprisez", a également entendu le ministre.  
    Interrompu par les manifestants, Emmanuel Macron a gardé son 
calme malgré le ton parfois véhément des échanges. "Mais 
attendez, je viens vous parler. Je viens vous parler, je viens 
vous écouter, je n'entends pas si vous criez en même temps." 
    Le ministre de l'Economie, s'il "entend" les protestations 
de la rue, estime que "ce n'est pas une condition suffisante" et 
qu'"on ne protège personne si on promet des choses qui ne sont 
pas tenables".  
    "Vous ne savez pas ce que c'est de se lever à 5 heures du 
matin pour gagner un SMIC de rien du tout", lui a-t-on reproché, 
tandis qu'un manifestant à lancé "Pourquoi vous ne pensez pas au 
peuple ?". 
    Quelques minutes plus tard, à son entrée dans l'entreprise, 
Emmanuel Macron a estimé qu'"il faut expliquer, il faut entendre 
quand il y a de l'inquiétude, de la détresse". 
    Car "ça va pas mieux pour tout le monde, ça va mieux en 
moyenne, c'est la vérité, ce sont les chiffres", a-t-il dit en 
reprenant le message mis en avant par François Hollande lors de 
son intervention télévisée de la mi-avril.       
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant