France-EELV menacé de scission après le départ de De Rugy

le
3

* Le député déplore une "dérive gauchiste" * La crise couve de longue date * Divisions sur les alliances avec le Front de gauche * Cambadélis dénonce une "mélenchonisation" * De Rugy au gouvernement? (Actualisé avec réactions, contexte) PARIS, 27 août (Reuters) - La scission menace dans les rangs d'Europe Ecologie-Les Verts après le départ, jeudi, de François de Rugy, le coprésident du groupe EELV à l'Assemblée qui dénonce "une dérive gauchiste" du parti. Le fondateur d'EELV en 2009, l'ancien eurodéputé Daniel Cohn-Bendit, a déploré "un énorme gâchis" alors que le parti n'en finit pas de se déchirer sur sa participation au gouvernement, depuis le départ de Cécile Duflot et Pascal Canfin en mars 2014, et son rapprochement avec le Front de gauche. Dans un entretien au Monde, François de Rugy, qui publie un ouvrage intitulé "Ecologie ou gauchisme, il faut choisir", annonce son intention de "fédérer les écologistes réformistes" au risque d'un schisme. "Aujourd'hui, on n'arrive plus à avoir les débats, ni de fond ni stratégiques, au sein d'un parti qui s'enfonce dans une dérive gauchiste", explique le député de Loire-Atlantique. "A reporter sans cesse le moment de la clarification, on s'enlise, au mieux dans une position illisible, au pire dans un repli sectaire. J'en tire les conclusions et je reprends ma liberté de parole et d'action", poursuit-il. François de Rugy estime que "dans les mois qui viennent, il y aura des recompositions et des choses nouvelles à inventer au-delà de la forme du parti traditionnel". Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili, qui coprésidait le groupe EELV à l'Assemblée à ses côtés, le soutiendraient dans sa démarche. Le premier, président du groupe EELV au Sénat, a menacé la semaine dernière de s'affranchir du parti en raison de sa stratégie "irresponsable" d'alliance avec le Front de gauche dans cinq régions pour les élections régionales de décembre. "Tout est en train de se mettre en place pour qu'il y ait un processus d'auto-élimination collectif de chaque composante de la majorité de 2012. Dans beaucoup de régions, il y a un Front national très fort qui est potentiellement en tête", juge François de Rugy. "MÉLENCHONISATION" Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a estimé sur LCI que cette crise procédait de "la mélenchonisation rampante des écologistes". François de Rugy considère dans ce contexte qu'une primaire est "incontournable" au sein de la majorité pour l'élection présidentielle de 2017. Il précise se préparer à une candidature. "En se divisant, la majorité de 2012 prend le risque d'être loin derrière la droite et l'extrême droite", justifie-t-il. Le député européen EELV Yannick Jadot a réprouvé sur BFM TV la décision de François de Rugy, qui obéit selon lui à une "ambition personnelle" en vue, notamment, d'une potentielle entrée au gouvernement. Le poste de ministre du Travail sera prochainement vacant, au plus tard le 9 septembre, en raison du départ de François Rebsamen, qui a souhaité redevenir maire de Dijon. "Les écologistes ont leur place dans un gouvernement socialiste, réformiste, progressiste. Je pense qu'il y aura des échéances qui permettront d'étudier cette possibilité", a dit la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, sur iTELE. Lors d'une conférence de presse à Paris, François de Rugy, qui avait adhéré aux Verts en 1997, a dénoncé "une posture de refus des responsabilités". "Les Français n'ont toujours pas compris qu'on se dérobe", a-t-il déclaré. Les proches de Cécile Duflot, qui ambitionne de se présenter en 2017, ont minimisé "un cavalier seul". "Une démarche un peu solitaire, individuelle dans un moment où le débat c'est,'est-ce qu'on fait de l'écologie ou est-ce qu'on pense à soutenir François Hollande en 2017?' Ce sont deux options inconciliables'", a commenté David Cormand, secrétaire général adjoint d'EELV, sur iTELE. "Il n'y a pas de décomposition, il n'y pas de scission", a-t-il assuré. (Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le jeudi 27 aout 2015 à 11:29

    ce micro parti ne représente rien ni personne

  • nanard83 le jeudi 27 aout 2015 à 11:25

    Il y a bien beaucoup de têtes dans ce parti qui a fait autour de 2,5% aux dernières élection !!!Cosse , Duflot , Pompili , Placé , De Rugit , et j'en passe ...

  • miez1804 le jeudi 27 aout 2015 à 11:05

    Trés bien, enfin ils vont disparaitre!!!