France-Eckert relativise la promesse de Hollande sur les impôts

le
4

PARIS, 13 novembre (Reuters) - Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, a relativisé jeudi la promesse de François Hollande qu'il n'y aurait plus de hausse d'impôt à partir de l'an prochain. "On ne peut pas graver dans le marbre une situation qui dépend d'un contexte international que nous ne maîtrisons pas", a dit Christian Eckert sur RTL, interrogé sur l'annonce du président de la République. ID:nL6N0SW6Y4 Prié de dire si François Hollande avait donc été imprudent, le secrétaire d'Etat au Budget a répondu : "Non, le président de la République a donné un cap. Et pour atteindre un cap, vous savez, parfois il faut tirer quelques bords". "Ce n'est pas une contradiction : le cap, c'est de réduire les déficits et de ne pas casser la croissance", a poursuivi Christian Eckert, sans exclure "quelques aménagements d'un certain nombre de dispositions". François Hollande avait annoncé le 6 novembre dernier sur TF1 et RTL qu'"à partir de l'année prochaine, il n'y aura pas d'impôt supplémentaire sur qui que ce soit". Le ministère des Finances a confirmé en présentant le projet de loi de finances rectificative pour 2014 mercredi que le taux de prélèvements obligatoires passerait de 44,7% du produit intérieur brut cette année à 44,6% l'an prochain. ID:nL6N0T24DL (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gnapi le jeudi 13 nov 2014 à 12:04

    Maintenant ils peuvent s'assoir une fois de plus sur une promesse. Augmenter une fois de plus les impôts. Mais le moral des ménages est historiquement au plus bas (pour 88% des sondés de début nov. 2014). Et, depuis 2013, l'impôt ne rentre plus à la hauteur des prévisions. Une première qui bat en brèche ce qui nous était mondialement reconnu (l'efficacité de la collecte fiscale) ...

  • gnapi le jeudi 13 nov 2014 à 12:04

    Eckert était le spécialiste des amendements fiscaux à la marge qui avaient un effet désastreux : rétroactivité fiscale, raclage de fond de tiroir, etc. Il symbolise à lui tout seul tout le dogmatisme et la politisation de la fiscalité. Pas étonnant qu'il n'hésite pas à contredire le prez lui-même

  • NYORKER le jeudi 13 nov 2014 à 11:58

    Black et d'Eckert , du matériel pour graver dans le marbre les futures hausses d'impôts

  • gustav10 le jeudi 13 nov 2014 à 11:18

    Quand on ne peut pas, on ne dit pas. Le mensonge est un mode de fonctionnement qui n'apporte que des ennuis (je reste poli).

Partenaires Taux