France-Dix mesures pour lutter contre le djihadisme

le , mis à jour à 13:06
2

PARIS, 1er juin (Reuters) - La commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur les filières djihadistes propose dans un rapport dix mesures destinées à lutter contre le terrorisme, dont la création de quartiers dédiés dans les prisons pour les détenus radicalisés. Mise en place en décembre dernier, un mois avant les attentats qui ont fait 17 victimes à Paris, le rapport sera officiellement présenté mardi devant la commission d'enquête composée de trente députés afin d'être validé. Son rapporteur, le socialiste Patrick Mennucci, espère une approbation à l'unanimité pour les propositions qu'il contient de façon, a-t-il dit à Reuters, "à prolonger l'esprit du 11 janvier, à aider la France, aider le gouvernement". Voici l'essentiel des propositions du rapport, qui précise qu'en mai 2015 20.000 combattants étrangers étaient impliqués dans les filières djihadistes syro-irakiennes, dont 3.000 Européens parmi lesquels 1.683 Français. * désengorgement du parquet antiterroriste : la commission propose, avec l'accord et sous le contrôle du parquet de Paris, d'envisager la poursuite, l'instruction et le jugement d'infractions terroristes de faible gravité au niveau local en s'appuyant sur la compétence de certaines juridictions interrégionales spécialisées (JIRS), par exemple celles de Lyon, Marseille, en plus de celle de Paris. * Déradicalisation en prison : les recruteurs seraient isolés mais les autres détenus radicalisés seraient placés dans des quartiers dédiés, à l'exception des plus vulnérables, avec une prise en charge psychologique adaptée des personnes de retour de zones de djihad. * Renforcement des moyens : les effectifs de l'Unité de coordination et de lutte antiterroriste (UCLAT) augmenteraient d'un quart et seraient placés directement auprès du ministre de l'Intérieur. Le Service central du renseignement territorial (SCRT) aurait accès à différents fichiers, comme celui du Traitement d'antécédents judiciaires (TAJ) ou celui des passagers des compagnies aériennes. * Intensification de la surveillance des petites sources de financement du terrorisme, mise en place d'un fichier européen des passagers (PNR, Passenger name record) et rétablissement de l'autorisation de sortie du territoire individuelle pour les mineurs. Le rapport propose de créer un régime de saisie des données informatiques à l'insu de leur propriétaire, de mieux contrôler le recrutement des aumôniers musulmans, de promouvoir et de diffuser les témoignages de djihadistes repentis. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • raich2 le lundi 1 juin 2015 à 13:13

    Ce gouvernement n'est pas en mesure de trouver de parade face à ce fléau. Seule la fermeté paie, mais encore faut-il l'appliquer ce qui est loin d'être le cas.

  • M940878 le lundi 1 juin 2015 à 12:54

    la première mesure efficace serait de refouler tous les immigrés venus d'Afrique