France-Deux départements les pieds dans l'eau, vigilance à Paris

le
0
    * Des pluies d'une intensité inédite depuis les années 1960 
    * L'autoroute A 10 fermée à la circulation 
    * Paris n'est pas encore menacée d'une crue centennale 
 
    PARIS, 1er juin (Reuters) - Deux départements français, le 
Loiret et la Seine-et-Marne, restaient en alerte rouge mercredi 
pour des inondations qui ont touché une partie de la France à la 
suite des fortes pluies tombées depuis trois jours, mais Paris 
n'est pour l'instant pas menacée par une catastrophe comparable 
à celle de 1910.  
    Les pluies exceptionnelles pour un mois de mai qui ont 
provoqué d'importants dégâts ainsi que de nombreuses évacuations 
dans un grand quart nord-est du pays ont pris fin mardi sur les 
zones touchées par les inondations, précise Météo France. 
    Un nouvel épisode pluvieux va gagner le pays par les 
frontières belge et allemande dans la nuit de mercredi à jeudi. 
Mais les cumuls attendus devraient être moindres. 
    Le Loiret, où le Loing est en crue, a été le plus touché 
mardi par les inondations, qui n'ont pas fait de victime.  
    Sur l'autoroute A10, fermée depuis le péage de 
Saint-Arnoult-en-Yvelines en direction d'Orléans, 650 
automobilistes se sont retrouvés bloqués par les inondations. 
Une partie d'entre eux ont été évacués par l'armée jusqu'à 
Orléans. 
    La préfecture du Loiret a annoncé la suspension totale des 
cours mercredi dans les écoles et trois établissements pour 
personnes âgées ont été évacués.  
    De nombreuses localités situées le long du Loing ont été 
victimes d'inondations, en particulier Montargis, agglomération 
de 60.000 habitants qui s'est retrouvée les pieds dans l'eau. 
     
    VIGILANCE JAUNE A PARIS 
    En Seine-et-Marne, placée en vigilance rouge, plusieurs 
centaines de pavillons ont été évacués mardi et des dizaines 
d'axes routiers coupés, tandis que les cours ont été suspendus 
dans 17 communes.  
    À Paris, où le niveau de vigilance jaune a été activé, la 
montée des eaux est rapide. La Seine est montée à 4,16 m 
mercredi matin, entraînant la fermeture d'une partie des voies 
sur berges, contre 3,92 lors de la crue de 2010. 
    Emma Haziza, présidente de Mayane, une société de prévention 
du risque inondation, n'exclut pas un scénario de crise dans la 
capitale car de nouvelles pluies sont attendues dans la nuit de 
mercredi à jeudi.  
    "Ce que prévoient les autorités, c'est l'arrêt des voies de 
navigation lorsque le niveau de la Seine atteint 4,30 au niveau 
du zouave du pont de l'Alma", explique-t-elle dans Le Monde.fr. 
    "Les sous-sols des bâtiments commencent à être inondés 
lorsque l'eau atteint 5,50 m, et à 6 m c'est le RER C qui est 
inondé. On en est loin mais tout le débit qui est en amont n'est 
pas encore arrivé", ajoute-t-elle. 
    En 1910, la Seine avait atteint 8,42 m et inondé notamment 
des stations de métro, paralysant la ville. 
    En mars 2016, un exercice géant avait mobilisé pendant 15 
jours les services de l'Etat, les communes et les entreprises 
pour limiter l'impact d'une nouvelle crue de cette ampleur qui, 
selon l'OCDE, pourrait coûter 30 milliards d'euros.   
    Météo France souligne le caractère exceptionnel des pluies 
qui ont affecté le Loir-et-Cher, le Loiret et l'Yonne.  
    "Avec en moyenne 92,9 mm sur le département du Loiret, la 
quantité d'eau tombée en trois jours est sans équivalent sur la 
période 1960 à nos jours. De tels cumuls sont atteints en 
moyenne tous les 10 à 50 ans, localement tous les 100 ans",  
    À l'échelle de la région Île-de-France, c'est le mois le 
plus pluvieux, tous mois confondus, depuis 1960.  
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant