France-Des vignobles hâchés par la grêle, la FNSEA sonne l'alerte

le
0
    PARIS, 30 mai (Reuters) - La Fédération nationale des 
syndicats d'exploitants agricoles réclame lundi l'état de 
catastrophe naturelle dans les vignobles de Chablis, Beaujolais 
et Cognac, le plus sévèrement touché, à la suite de violentes 
chutes de grêle. 
    Les vignobles de Cognac ont subi de lourds dégâts lors des 
violent orages de grêles qui se sont abattus vendredi soir 
dernier sur la Charente, notamment. 
    Selon le Bureau national interprofessionnel du Cognac 
(BNIC), 5.000 à 6.000 hectares de vignes, soit six à huit pour 
cent des cultures, ont été fortement endommagés. 
    "Il y a des endroits où c'est détruit à 100%", a dit à 
Reuters une porte-parole du BNIC. "Selon des témoignages de 
viticulteurs, certains grêlons étaient gros comme des oeufs de 
caille". 
    La FNSEA estime que ces dégâts rendent "aléatoires voire 
impossibles les récoltes futures". 
    Elle demande en conséquence, dans un communiqué, que le 
gouvernement enclenche des "processus d'accompagnement". 
   "Cela ne suffira pas face à ce travail gâché mais c'est le 
premier moyen pour garder le cap et l'espoir. Chablis, Cognac et 
Beaujolais ont été meurtris, c'est aux préfets désormais de 
prendre la mesure des dégâts et la seule mesure qui convienne : 
l'état de catastrophe naturelle pour les zones concernées", 
ajoute la fédération. 
    En Bourgogne, les orages de grêles et chutes de pluies 
survenues en abondance dans la nuit de vendredi à samedi ont 
affecté quelque 600 hectares de cépages, principalement dans le 
Chablis et l'Auxerrois, a dit à Reuters une porte-parole du 
Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB). 
    "Pour le Chablis, c'est particulièrement difficile parce que 
c'est le troisième épisode après le gel fin avril et la grêle le 
13 avril", a-t-elle dit. 
    "Ça fragilise énormément le vignoble. (...) Le souci, c'est 
même la récolte 2017. La vigne est abîmée pour la suite", 
a-t-elle expliqué. 
    Le vignoble bourguignon s'étend sur 29.000 hectares. 
    Dans le Beaujolais, mille hectares environ, sur les 16.000 
concernés, ont été touchés.  
    "Là où c'est passé, c'était très violent", a expliqué la 
porte-parole. "Ça a hâché menu les vignes, broyé les feuilles. 
(...) Ça peut impacter potentiellement les millésimes suivants", 
a indiqué une porte-parole de l'Inter Beaujolais. 
 
 (Sybille de La Hamaide, version française Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant