France-Des routiers tentent de s'inviter au Medef

le
2

PARIS, 22 janvier (Reuters) - Une délégation de chauffeurs routiers en grève a tenté jeudi de s'inviter aux négociations sur le dialogue social, au siège du Medef, après avoir tenté en vain de rencontrer le Premier ministre, Manuel Valls, à Matignon. A l'annonce de leur venue, les agents de sécurité de l'organisation patronale ont fermé les rideaux des baies vitrées et de l'entrée de l'immeuble du VIIe arrondissement de Paris. Le groupe d'une dizaine de représentants et négociateurs des fédérations CGT, Force ouvrière, CFTC et CFE-CGC des transports a été arrêté à la porte du Medef par des policiers. "On vient rendre visite à nos collègues qui sont en train de négocier le dialogue social en France, puisqu'on nous refuse ce dialogue depuis le début de la semaine", a dit Thierry Douine, de la CFTC des transports. "On veut renforcer la négociation sur le dialogue social." Le conflit des routiers est dans l'impasse après le refus des organisations patronales du secteur de poursuivre les négociations sur les revendications salariales des chauffeurs. ID:nL6N0V122O "On arrive au Medef (...), on voit qu'on a les gendarmes, on voit que les rideaux sont fermés. Si c'est ça le dialogue social à la française, on va où ?" s'est indigné Patrice Clos, de FO. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6445098 le jeudi 22 jan 2015 à 15:16

    il y a bien dialogue social puisque les patrons ont accepté une hausse de salaire de 2%, refusée par les syndicats des routiers. si les patrons estiment qu'ils ne peuvent aller + haut, ils ont raison de ne pas assister à une réunion stérile sur 5% de hausse... il faut être pragmatique.

  • M1310580 le jeudi 22 jan 2015 à 14:46

    rappelons comment se conçoit le dialogue social chez les syndicalistes qui se plaignent de leur accueil par les gendarmes : séquestration de patrons, menaces et intimidations, chantages