France-Déjeuner Valls-Aubry à Lille après un été tendu

le
0

LILLE, 9 octobre (Reuters) - Manuel Valls et Martine Aubry ont déjeuné jeudi dans un salon de thé de Lille, un repas organisé à la dernière minute et censé marquer un apaisement après les tensions qui ont marqué les relations entre les deux leaders socialistes cet été. "On ne se quitte jamais", a dit à la presse le Premier ministre, alors que son entourage expliquait par un "quiproquo" sur leur agenda, les difficultés d'organisation de ce déjeuner. "Vous avez déjà glosé pendant des jours pour savoir si j'allais bien l'accueillir", a reproché la maire de Lille à la presse, démentant toute tension avec Manuel Valls. "On ne s'est jamais quittés", a-t-elle assuré. En juillet, Martine Aubry était sortie du silence qu'elle s'était imposé depuis l'élection de François Hollande en appelant à une inflexion de la politique du gouvernement, estimant qu'il n'était "pas trop tard pour réussir le quinquennat". L'ex-première secrétaire du Parti socialiste a depuis pris le contre-pied de Manuel Valls sur plusieurs questions sensibles pour le gouvernement comme l'encadrement des loyers ou la réforme territoriale. L'ancienne ministre du Travail de Lionel Jospin s'est aussi fait la porte-parole des élus locaux inquiets de la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales. "Je veux être très attentif à ces préoccupations", lui a répondu jeudi Manuel Valls, lors d'un discours devant l'Assemblée des communautés de France (AdCF) à Lille Grand Palais, où l'a accueilli Martine Aubry. "GRANDE COALITION" Les retrouvailles entre les deux poids lourds du Parti socialiste interviennent au moment où des alliés de la maire de Lille imaginent déjà un "troisième temps" du quinquennat dans lequel Martine Aubry dirigerait un gouvernement à même de rassembler la gauche avant les échéances électorales de 2017. Accusé par une partie de la gauche de dérive libérale, Manuel Valls a profité de son déplacement pour rendre hommage au centriste Jean-Louis Borloo lors d'une étape à Valenciennes. "Il y a dix ans, un homme, Jean-Louis Borloo, a eu cette idée, créer l'Agence nationale de la rénovation urbaine (ANRU), qui met tous les moyens aux services des quartiers populaires", a-t-il déclaré Le Premier ministre a assisté à la présentation d'un film réalisé pour les 10 ans de l'ANRU en présence de l'ancien ministre de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy qui loué la capacité de la France à "réunir tout la République" autour de grands projets comme la rénovation urbaine. "J'aime bien votre idée de grande coalition", a commenté le Premier ministre, qui a averti qu'il ne fallait pas voir dans sa remarque un dessein politique plus large. Jean-Louis Borloo, qui s'est défendu devant la presse de préparer son retour, s'est retiré de la vie politique en avril dernier, renonçant à tous ses mandats après ses ennuis de santé. (Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant