France-Déficit des paiements 2014 alourdi par l'amende BNPP

le , mis à jour à 17:16
0

(Actualisé avec précisions, citations) PARIS, 24 juin (Reuters) - L'amende de 8,9 milliards de dollars infligée par les autorités américaines à la banque BNP Paribas BNPP.PA a contribué à creuser de 4,3 milliards d'euros le déficit des transactions courantes de la France en 2014 qui aurait enregistré une légère amélioration sans cet élément exceptionnel. Le déficit est ressorti à 19,7 milliards d'euros, soit l'équivalent de 0,9% du produit intérieur brut contre 17,1 milliards en 2013, selon le rapport annuel sur la balance des paiements réalisé par la Banque de France (BdF). Le solde des transactions courantes de la balance des paiements est constamment déficitaire depuis 2007, a rappelé Anne Le Lorier, sous-gouverneur de la BdF en présentant le rapport. Les besoins de financements résultant de l'accumulation de ces déficits se traduisent par une dégradation de la position extérieure nette de la France qui retrace le solde entre les avoirs des Français à l'étranger et des non résidents en France. Elle ressortait à -418 milliards d'euros à la fin 2014, soit -19,6% du PIB contre -369 milliards (-17,5%) un an auparavant. "La position extérieure nette est sur une pente de dégradation sensible depuis 2011 et dérive vers un seuil d'alerte", a prévenu Anne Le Lorier en rappelant que la Commission européenne, qui inclut la position extérieure nette dans la batterie des indicateurs de performance des pays membres de l'UE, fixe la cote d'alerte à -35% du PIB. Hors pénalités acquittées par BNP Paribas suite à l'accord intervenu en juin 2014 avec les autorités américaines, le déficit des transactions courantes ressort à 15,4 milliards, . La pénalité réglée par BNP Paribas a affecté le solde des revenus qui enregistre un déficit de 2,9 milliards d'euros, après un excédent de 3,5 milliards l'année précédente. En neutralisant l'effet BNP Paribas, l'excédent des revenus ressortirait à 1,3 milliard. L'amende BNP Paribas, qui représente un montant de 6,6 milliards d'euros au taux de change retenu, a été réglée par BNP Paribas Paris pour un montant de 4,3 milliards d'euros et par BNP Paribas Suisse pour 2,3 milliards grâce à une augmentation de capital de sa maison mère suivie d'une réduction de capital d'un montant équivalent. Les opérations d'investissements directs, qui représentent les prises de participation en capital, les bénéfices réinvestis et les prêts intragroupe, retrouvent en 2014 un solde positif de 21 milliards d'euros, indique la BdF dans un communiqué. "Cela signifie que, comme chaque année depuis le début des années 2000, à l'exception de 2013, les investissements directs français à l'étranger sont supérieurs aux investissements directs étrangers en France", écrit la BdF. En 2014, les investissements français à l'étranger aboutissent à des sorties de capitaux de 32 milliards, pour l'essentiel sous la forme de prêts intragroupe plutôt que d'opérations en capital alors que les investissements directs étrangers en France se sont établis à 11 milliards après 32 milliards en 2013. Parmi ces derniers, figurent notamment l'entrée au capital de PSA du groupe chinois Dongfeng Motor ou la souscription par Altice, la holding de l'homme d'affaires franco-israélien Patrick Drahi, à l'augmentation de capital de 4,7 milliards d'euros de sa filiale Numericable dans le cadre du rachat de l'opérateur mobile SFR. (Marc Joanny, édité par Yves Clarisse)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant