France-Déficit budgétaire en hausse à fin août

le
4
    PARIS, 7 octobre (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat 
français s'élevait à 96,0 milliards d'euros à fin août, contre 
89,7 milliards un an plus tôt, selon les données publiées 
vendredi par le secrétariat d'Etat au Budget. 
    "Retraité du solde des comptes spéciaux qui n'est pas 
significatif à ce stade de l'année (dont une avance 
exceptionnelle de 6,1 milliards d'euros octroyée à l'Agence de 
services et de paiement (ASP), qui sera remboursée d'ici la fin 
de l'année), le solde est en amélioration de 0,9 milliard 
d'euros par rapport à l'année précédente, en ligne avec la 
prévision révisée pour 2016", est-il précisé dans le communiqué. 
    
    Au 31 août, les dépenses (budget général et prélèvements sur 
recettes) s'établissaient à 252,5 milliards d'euros contre 249,9 
milliards un an plus tôt, soit une hausse de 1,0% (-2,0% à 
périmètre constant). 
    A la même date, les recettes s'élevaient à 192,7 milliards, 
contre 189,2 milliards à fin août 2015, soit une hausse de 1,8% 
à périmètre courant. 
    Les seules recettes fiscales nettes progressent de 3,1% à 
périmètre courant (0,9% à périmètre constant), à 184,3 
milliards.  
    Cette évolution reflète une hausse de 2,0% des recettes de 
TVA, à 96,3 milliards d'euros, et une progression de 22,5% des 
rentrées liées à la taxe intérieure sur la consommation des 
produits énergétiques (TICPE), à 10,5 milliards. 
    Les rentrées d'impôt sur les sociétés s'inscrivent en 
revanche en baisse de 4,2% à 7,9 milliards d'euros.     
    Les recettes non fiscales ont diminué de 0,4 milliard 
d'euros par rapport à août 2015, en raison d'un moindre 
encaissement sur les dividendes, certains dividendes (par 
exemple pour EDF  EDF.PA ) étant versés sous forme de titres.  
    Mais l'augmentation des redevances d'usage des fréquences 
radioélectriques suite au processus de vente aux enchères de la 
bande de fréquences dite "bande 700 MHz" aux opérateurs de 
télécommunication compense partiellement cette érosion. 
    Le gouvernement a revu sa prévision de déficit budgétaire 
pour l'ensemble de l'année, à 69,9 milliards d'euros contre 72,3 
milliards dans la loi de finances initiale  . Ce 
chiffre marque une amélioration par rapport au déficit de 70,5 
milliards enregistré en 2015.  
    Le secrétariat d'Etat au Budget rappelle que le déficit 
budgétaire culmine traditionnellement pendant les mois de 
juillet et août, avant de diminuer progressivement en fin 
d'année avec la perception des impôts locaux et des derniers 
accomptes de l'impôt sur les sociétés. 
    Cela explique qu'il dépasse pour l'instant les prévisions.   
        
    
 Les indicateurs français en temps réel           ECONFR  
 Les indicateurs de la zone euro en temps réel    ECONEZ  
 Le point sur la conjoncture française            ECO/FR  
  
 (Myriam Rivet, édité par) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le vendredi 7 oct 2016 à 09:53

    Faut nommer 1 cabinet ministériel , pour étudier , où on gagne un peu , pour renflouer? ...le cabinet des tax !!! , mais surtout pas de savoir où il y a des dépenses inutiles !! l inutile ça s appelle le social (des fois)

  • M8252219 le vendredi 7 oct 2016 à 09:23

    depuis 4 ans et demi toujours dans le même sens . 650 000 chômeurs de plus , dette de la France à 100% du PIB , quinquennat le plus sanglant de la 5 eme république 238 mort .En augmentation les inégalités entre salariés du privé et salariés du public , assimilé et statuts spéciaux.

  • mlaure13 le vendredi 7 oct 2016 à 09:14

    C'est normal quand on fait du saupoudrage électoral ?...:-(((

  • ANOSRA le vendredi 7 oct 2016 à 09:09

    Qui paie cette progression de 22,5% des rentrées liées à la taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques (TICPE), à 10,5 milliards : les consommateurs dont le pouvoir d'achat diminue depuis 2012 !!!

Partenaires Taux