France-Débat sur le port de jupes longues à l'école

le
0

PARIS, 29 avril (Reuters) - L'académie de Reims justifie l'interdiction de cours par deux fois à une collégienne de 15 ans plus par un comportement général que par le port d'une jupe longue, assimilée à un signe ostentatoire d'appartenance religieuse. L'affaire révélée mardi par le quotidien L'Ardennais a enflammé les réseaux sociaux, où beaucoup expriment leur exaspération face aux crispations de l'administration autour de la laïcité et à des interprétations excessives de la loi. Un hashtag #JePorteMaJupeCommeJeVeux a vu le jour sur Twitter. La jeune fille, Sarah, élève de 3e à Charleville-Mézières, dans les Ardennes, porte le voile depuis un an mais l'enlève chaque matin avant d'entrer dans l'enceinte du collège. Elle a affirmé s'être vu refuser l'accès de l'établissement les 16 et 25 avril derniers en raison de sa jupe "toute simple achetée chez Kiabi pour deux euros". Selon elle, la principale du collège a considéré que cette tenue ne respectait pas la loi sur la laïcité à l'école de 2004. Dans un communiqué, l'académie de Reims a précisé qu'elle n'avait pas exclu Sarah, comme l'ont avancé certains médias, mais qu'elle avait engagé "un dialogue avec la famille et l'élève". Elle reconnaît qu'aucune règle n'interdit par principe le port de jupes longues mais justifie les sanctions par le contexte propre à l'établissement. "Lorsqu'il s'agit d'actions revendicatrices et concertées d'élèves, qui font suite à d'autres incidents plus visibles liés par exemple au port du voile, le cadre laïc de l'enseignement doit être fermement rappelé et garanti", écrit-elle. Selon Le Monde, daté de jeudi, plusieurs jeunes filles, dont Sarah, se seraient présentées le 16 avril au collège avec des jupes longues en réaction à un autre incident lié à l'interdiction du port du voile au sein de l'établissement. "La loi n'interdit pas les accessoires et les tenues qui peuvent être portés communément par des élèves en dehors de toute signification religieuse. Ce qui est évidemment le cas d'une jupe ou robe longue noire", a expliqué sur Europe 1 le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène. "En revanche, la loi interdit à un élève de se prévaloir du caractère religieux qu'il attache à cet accessoire ou cette tenue pour refuser de se conformer aux règles applicables dans l'établissement scolaire", a-t-il ajouté. Le Collectif contre l'islamophobie en France dénonce pour sa part depuis plusieurs mois "la traque aux jupes longues dans les lycées et collèges". "Certains fonctionnaires de l'Education nationale continuent, imperturbablement, d'être responsables de décisions ouvertement islamophobes, toutes à la fois arbitraires et illégales", écrit-il sur son site internet. (Gérard Bon, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant