France-Darmanin annonce son soutien à Sarkozy pour la primaire

le
0
    PARIS, 19 août (Reuters) - Le maire Les Républicains de 
Tourcoing Gérald Darmanin annonce qu'il soutiendra Nicolas 
Sarkozy pour la primaire de la droite en vue de la prochaine 
élection présidentielle, dans un entretien publié vendredi sur 
le site internet du Figaro. 
    Gérald Darmanin, qui fut le porte-parole de Nicolas Sarkozy 
en 2014 lors de sa campagne pour la présidence du parti qui 
s'appelait encore l'UMP, a quitté la direction nationale de LR 
en début d'année, dénonçant la trop grande place accordée aux 
questions identitaires, au détriment des thèmes sociaux.    
    Mais il estime que l'ex-président a pris en compte ce grief, 
également relayé par d'autres soutiens. 
    "L'identité et la sécurité sont évidemment des questions 
essentielles, et le contexte dramatique dans lequel nous vivons 
nous le rappelle, mais la droite doit aussi être sociale, de 
proximité et répondre aux aspirations populaires, ce qu'elle ne 
faisait pas forcément il y a quelques mois", indique Gérald 
Darmanin.  
    "Aujourd'hui, il me semble que de tous les candidats à la 
primaire, c'est Nicolas Sarkozy qui incarne le mieux cet 
équilibre. C'est pourquoi j'ai décidé de soutenir sa 
candidature", poursuit-il. 
    Il précise que le ralliement de François Baroin à l'ancien 
chef de l'Etat, annoncé fin juin, l'a définitivement convaincu. 
  
    Gérald Darmanin, qui avait plaidé pour un droit d'inventaire 
du quinquennat de Nicolas Sarkozy, a également apprécié de voir 
que ce dernier avait "procédé dans son livre à une autocritique 
que j'avais appelée de mes voeux à une période où le sujet était 
tabou." 
    Pour le maire de Tourcoing, la popularité de l'ancien 
président ne fait aucun doute. 
    "Je sens un retour à la confiance en Nicolas Sarkozy dans le 
peuple de droite", note-t-il en soulignant avoir pu constater 
qu'à la différence des autres candidats à la primaire, ce 
dernier soulève un "élan populaire" qu'il a pu constater lors de 
séances de dédicace. 
    "Aujourd'hui, les circonstances exceptionnelles font que 
nous avons besoin de l'expérience d'un ancien chef de l'État", 
ajoute-t-il.      
    Si l'ancien président ne s'est pas encore officiellement 
déclaré candidat à la primaire de la droite, sa participation à 
ce scrutin ne fait que peu de doute.      
    Selon les statuts définis par la Haute Autorité de la 
primaire, il doit se déclarer au plus tard le jeudi 25 août, 
soit quinze jours avant le dépôt des candidatures (9 septembre). 
    
 
 (Myriam Rivet, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant