France-Cri de victoire contesté de Royal sur ses comptes régionaux

le
3
    BORDEAUX, 9 décembre (Reuters) - Ségolène Royal s'est 
déclarée satisfaite des observations de la Chambre régionale des 
comptes portant sur sa gestion de la région Poitou-Charentes, 
qui lui a valu d'être, selon elle, la cible d'une "violente 
campagne de dénigrement". 
    Mais le porte-parole de la nouvelle région dans laquelle 
Poitou-Charentes a été englobée a démenti cette interprétation 
positive d'un document qui n'a pas encore été publié. 
    En avril dernier, un audit commandé par la région Nouvelle 
Aquitaine - englobant l'Aquitaine, le Limousin et 
Poitou-Charentes -, révélait que cette dernière présentait 132 
millions d'euros d'impayés et des comptes dégradés, avec 
notamment une capacité de désendettement de plus de 14 ans. 
    Ségolène Royal a présidé la région Poitou-Charentes jusqu'en 
avril 2014 avant de laisser son fauteuil à son vice-président 
Jean-François Macaire.  
    L'actuelle ministre de l'Environnement avait alors 
contre-attaqué en menaçant les élus qui l'avaient mise en cause 
de les poursuivre en diffamation, y compris le président 
socialiste de la Nouvelle Aquitaine Alain Rousset.  
    "Je relève avec satisfaction que la Chambre constate les 
éléments positifs suivants qui anéantissent les accusations 
diffamatoires proférées dans le rapport Ernst and Young", se 
félicite Ségolène Royal dans un communiqué publié jeudi soir. 
    "Le niveau global de la dette de la région est inférieur de 
25% à la moyenne nationale et similaire à celui de l'Aquitaine ; 
le taux d'endettement reste inférieur de 10 points à la moyenne 
nationale (86% contre 96%) ; la part de la dette transmise par 
le Poitou-Charentes à la nouvelle région correspond à sa part 
dans la population de la nouvelle région (30 %)", ajoute-t-elle. 
    Des informations contenues selon elle dans le rapport de la 
Chambre régionale des comptes de Nouvelle-Aquitaine censé rester 
confidentiel jusqu'au 19 décembre.  
    Ségolène Royal relève "avec une grande satisfaction que la 
Chambre considère que le processus budgétaire de la région 
n'était ni irrégulier ni générateur d'insincérité budgétaire", 
et qu'"il n'y a pas d'insincérité budgétaire dans les budgets de 
la région de 2011 à 2015." 
    Pour celle qui fut candidate à la présidence de la 
République en 2007 "les accusations jetées en pâture pour 
discréditer sans preuve sont ainsi clairement démenties." 
    Florent Boudié, porte-parole de la Région Nouvelle Aquitaine 
et député PS de la Gironde évoque pour sa part un "déni de 
réalité" de la part de la ministre.  
    Car selon lui, le rapport de la Chambre régionale des 
comptes "confirme en tout point l'analyse que nous avions faite 
dès le mois de février, que ce soit les impayés, la dette, les 
emprunts toxiques, la capacité de financement négative à la fin 
2015 ou encore l'endettement qui est confirmé." 
 
 (Claude Canellas, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le vendredi 9 déc 2016 à 15:30

    vengeance de rousset qui n'a pas été ministre, celui qui a l'habitude de distribuer largement l'argent du contribuable pour se faire élire

  • g1fusee le vendredi 9 déc 2016 à 14:29

    On dépense d'autant + facilement quand c'est pas son argent et surtout celui des autres. 1 milliard l'arrêt des portiques ça a coûté.

  • Breizhll le vendredi 9 déc 2016 à 14:02

    Cruella a du soucis à ce faire....