France-Coup de pouce aux soldats de l'opération Sentinelle

le , mis à jour à 16:13
0

* Quelque 7.000 hommes déployés depuis janvier * Un millier de lits manquants à Paris intra-muros * Décision attendue la semaine prochaine par Marine Pennetier SAINT-GERMAIN-EN-LAYE, Yvelines, 9 juillet (Reuters) - Les soldats mobilisés sur le territoire français, notamment pour l'opération Sentinelle mise en place après les attentats de janvier, vont recevoir un coup de pouce financier, a annoncé jeudi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Les Français "vous font confiance, nous vous faisons confiance et cette confiance bien sûr doit se traduire par des actes", a-t-il déclaré devant des militaires du Camp de Loges de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Les 7.000 militaires engagés dans cette opération intérieure d'ampleur inédite en France vont notamment voir leur indemnité pour service en campagne (ISC) augmenter de 150 euros pour trente jours de mission et de plus de 200 euros pour un déploiement de six semaines, avec effet rétroactif au 7 janvier. "Ils ont des journées difficiles, ils restent là quatre, cinq, six semaines, parfois plusieurs fois dans l'année donc ils méritent la reconnaissance de la nation", a souligné Jean-Yves Le Drian, qui a salué leur "professionnalisme". Point noir de Sentinelle, la question du manque de logement sera tranchée la semaine prochaine avec l'annonce possible de la réactivation d'emprises militaires dans Paris qui avaient été cédées dans le cadre de la réforme de la carte militaire. DÉSERT MILITAIRE "Un tiers des sites de mission sont dans Paris intra-muros, or Paris est un désert militaire, ma difficulté est donc de trouver des hébergements pour ces soldats dans Paris", indique le colonel Bruno Pithois, de l'état-major de Saint-Germain-en-Laye. "Il me manque 1.000 places d'hébergement dans Paris intra-muros pour héberger chaque soldat à moins de 30 minutes de son site de mission". Parmi les scénarios, la "densification de sites militaires existants", comme les forts de Vincennes ou de l'Est ou la conservation de certains sites militaires en cours d'aliénation. Sur les 1.000 lits manquants, 900 soldats sont actuellement logés en sites non militaires, 300 dans les casernes des sapeurs pompiers de Paris et une quinzaine logés soit dans des écoles ou dans des appartements mis à disposition par des particuliers. En attendant, des bungalows climatisés ont notamment été mis en place et des "lots loisirs" d'une valeur de 60 euros ont été distribués aux soldats déployés en Ile-de-France (ticket d'entrée à un parc d'attraction, des tickets de cinéma, des tickets restaurants et un accès internet gratuit). Mise en place après les attentats de janvier, Sentinelle a été pérennisée à hauteur de 7.000 hommes déployés en permanence sur le territoire autour de quelque 5.000 lieux sensibles. Pour faire face à la nouvelle donne, l'armée de terre va recruter sur trois ans quelque 11.000 hommes supplémentaires dans le cadre de la force opérationnelle terrestre. Sentinelle "est une mission qui est difficile et qui est lourde pour les armées", souligne le général Hervé Charpentier, gouverneur militaire de Paris. Les 11.000 soldats promis "sont en cours de recrutement, ils ne seront opérationnels au mieux que dans six mois, nous sommes donc dans la phase la plus difficile où toute la mission repose sur le plus petit nombre". Le dispositif sera mis à l'honneur lors du traditionnel défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Elysées. (Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant