France-Cazeneuve salue l'accord de sortie de crise en Guyane

le
2
    PARIS, 22 avril (Reuters) - Le Premier ministre, Bernard 
Cazeneuve, a salué samedi la signature de l'accord sur la Guyane 
trouvé la veille entre l'Etat, le collectif "Pou Lagwiyann 
dékolé", les représentants socioprofessionnels et les élus 
locaux. 
    La conclusion de cet accord a été annoncée vendredi soir par 
la ministre de l'Outre-mer, Ericka Bareigts.   
    Fruit d'une discussion "soutenue et fructueuse", l'accord 
entérine "le plan d'urgence pour la Guyane proposé par le 
gouvernement et acte de nouvelles avancées en faveur de la 
Guyane à court comme à moyen terme", se félicitent les services 
du Premier ministre dans un communiqué.  
    Il englobe un plan d'urgence immédiat de 1,1 milliard 
d'euros présenté au début du mois, qui prévoit notamment des 
mesures en faveur de la sécurité, de l'éducation, de la santé, 
ainsi que de l'aide aux entreprises. 
    Le texte acte également la demande de mesures 
supplémentaires du collectif et des élus à hauteur de 2,1 
milliards d'euros. 
    "Cet accord prévoit la levée sans délai de tous les 
barrages", précise Matignon dans son communiqué. 
    Les désaccords entre le collectif et les autorités s'étaient 
cristallisés sur la mobilisation de fonds supplémentaires, 
Bernard Cazeneuve ayant notamment qualifié d'"irréaliste" le 
montant de l'aide réclamée.   
    Le chef du gouvernement invite par ailleurs les Guyanais "à 
se rendre aux urnes", alors que le premier tour de l'élection 
présidentielle, prévu dimanche dans l'Hexagone, a déjà débuté 
dans certains départements et territoires d'Outre-mer. 
  
 
 (Cyril Camu, édité par Elizabeth Pineau) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M476110 il y a 10 mois

    Il salut le fait d'avoir baissé son pantalon. Sûr qu'Il doit aussi se réjouir de s'être mis le doigt !

  • M3888582 il y a 10 mois

    Trop fort. Deux milliards supplémentaires de dette . Et surtout allez voter dimanche. Dire que ce monsieur nous donne des leçons sur la démocratie. Vivement demain.