France-Canada : Cinq Bleus à la loupe

le
0
France-Canada : Cinq Bleus à la loupe
France-Canada : Cinq Bleus à la loupe

Au lendemain du match entre la France et le Canada, plusieurs joueurs ont apporté à Philippe Saint-André la confirmation qu'il pouvait compter sur eux pour les grands rendez-vous à venir. Michalak et Dusautoir sont de ceux-là. Pour d'autres, comme Grosso et Dulin, les prochains jours seront décisifs. Enfin un titulaire en puissance, Tillous-Borde, a peut-être perdu des points à Milton Keynes.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A MILTON KEYNES

Le meilleur : Frédéric Michalak

C'est assurément la grosse satisfaction de la victoire contre le Canada. L'ouvreur des Bleus en a profité pour devenir le meilleur marqueur français en Coupe du monde, lui qui dispute son troisième Mondial après ceux de 2003 et 2007. Auteur d'un 100% au pied, le Toulonnais a surtout régalé dans le jeu, avec un magnifique exploit individuel sur l'essai de Wesley Fofana, avant de récidiver toujours pour Fofana. Lorsque « Michel » joue à ce niveau, il fait assurément partie des meilleurs dix de la planète. « Fred, on connait son talent, il arrive à maturité, a commenté Philippe Saint-André à son sujet ce vendredi. Il a eu des saisons difficiles avec beaucoup de blessures. S’il est là, c’est grâce à l’investissement et au travail qu’il a mis dans la préparation. Il a la flamme pour jouer avec l’équipe de France. » Mais ce n'était que le Canada et il faudra confirmer contre l'Irlande, un adversaire autrement plus coriace.

La bonne nouvelle : Thierry Dusautoir

Le capitaine français a montré l'exemple. En manque de rythme contre l'Ecosse pour son retour à la compétition lors de l'ultime match de préparation, puis face à l'Italie en ouverture de la compétition, Thierry Dusautoir a livré une excellente prestation contre les Canucks jeudi. Avec Bernard Le Roux, il a été à son avantage en troisième ligne. Auteur de treize plaquages, le troisième ligne toulousain a été particulièrement précieux, tout en volant un ballon en touche aux Canadiens. Le « Dark Destroyer » est bel et bien de retour.Et ça tombe bien avant d'affronter le XV du Trèfle, à Cardiff, là où il a écrit l'une de ses plus belles pages en équipe de France contre les All Blacks en 2007. « Thierry ça a toujours été un gros plaqueur, donc là-dessus, il est toujours performant, on ne peut pas dire qu’il ait eu de gros passage à vide, estime Emile Ntamack. C’est un garçon très puncheur notamment sur le secteur défensif, qui apporte sa puissance, sa capacité à stopper net les départs adverses. Mais je pense qu’il faudra quand même plus qu’un Thierry Dusautoir extrêmement bon sur la défense pour pouvoir faire déjouer l’équipe irlandaise. »

La déception : Sébastien Tillous-Borde

Le demi de mêlée du XV de France avait été plutôt décevant contre l'Italie lors du premier match, cela a malheureusement été encore le cas contre le Canada. Il s'est fait contrer sur un coup de pied dans son camp à la 16eme minute. Mais surtout le Toulonnais a affiché trop d'approximations tout au long de la rencontre. Et l'entrée en jeu réussie de Morgan Parra, à l'heure de jeu, n'a fait que renforcer ce sentiment. Beaucoup plus dynamique, le Clermontois pourrait être l'un des grands gagnants lors de la prochaine composition d'équipe. En conférence de presse vendredi, Saint-André a toutefois défendu celui qu’il a installé depuis plusieurs mois au poste de demi de mêlée. « Sébastien Tillous-Borde a été bon aussi, il est rentré dans la défense. Il s’est bien trouvé avec Fred Michalak. Il fait un en-avant à un moment je crois, mais ce n’est peut-être pas trop de sa faute, car sur ce coup-là, la libération n’a pas été de qualité. »

La promesse : Rémy Grosso

Première sélection, premier match de Coupe du monde et premier essai à six minutes de la fin de la rencontre. Rémy Grosso aura vécu une soirée riche en émotions à Milton Keynes. Comme Rodolphe Modin, contre le Zimbabwe en 1987, le puissant ailier de Castres a donc inscrit un essai pour ses débuts internationaux dans un Mondial. Impliqué sur le premier essai canadien, en s'oubliant sur un renvoi, l'ancien Lyonnais a livré une copie plutôt prometteuse. « Il faut le féliciter. Première sélection, il fait 80 minutes, il marque un essai. Il a reçu sa cape hier soir (jeudi). Donc tout est bien pour lui », s’est réjoui PSA au lendemain de France-Canada. Le Castrais a montré beaucoup d'envie, sans trop d'appréhension sur le terrain. Plutôt encourageant avant d'affronter l'Irlande.

Le mystère : Brice Dulin

A vrai dire, on n'y voit pas beaucoup plus clair au sujet du joueur du Racing 92. Passé au travers le 15 août dernier à Twickenham, Brice Dulin a de nouveau été testé à l'aile. Pour une performance mitigée. L'ancien Castrais qui avait déclaré un peu maladroitement être prêt à « dépanner » à ce poste n'a pas eu beaucoup de munitions. D'où une évidente discrétion offensive. Que va faire Philippe Saint-André ? Poursuivre ce pari ou redonner sa chance à un spécialiste du poste ? Le mystère reste entier. Le sélectionneur est resté très évasif sur le sujet. « Il y a eu des choses assez intéressantes aussi sur l’aspect défensif. Brice a bien su anticiper sur les petits jeux au pied sur le premier rideau », a-t-il simplement fait observer.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant