France-Cambadélis presse l'exécutif de ne pas céder à la CGT

le
0
    * La loi Travail lundi au Sénat 
    * Manifestation nationale mardi 
    * Cambadélis prône la fermeté "sans fermeture" 
    * Berger dénonce les "postures" de Martinez 
 
    PARIS, 12 juin (Reuters) - Le gouvernement ne doit "pas 
céder aux injonctions" de la CGT sur la loi Travail, a déclaré 
dimanche le dirigeant du Parti socialiste à l'approche d'une 
nouvelle journée de mobilisation nationale dont Philippe 
Martinez entend faire une démonstration de force. 
    Le Sénat, où la droite est majoritaire, entame lundi 
l'examen du projet de loi El Khomri, adopté le 12 mai en 
première lecture à l'Assemblée nationale, auquel il a apporté 
des modifications. Les débats doivent durer deux semaines avant 
un vote solennel le 28 juin. Le dernier mot appartiendra à 
l'Assemblée, début juillet. 
    "C'est au gouvernement de décider. On demande qu'il retire 
les cinq articles qui font la colonne vertébrale du texte. Et 
qu'on rediscute", déclare le secrétaire général de la CGT dans 
l'édition de samedi du Parisien. 
    "C'est-à-dire l'article 2, celui sur les plans de sauvegarde 
de l'emploi, notamment. Il y a aussi la question du référendum 
d'entreprise et de la médecine du travail", ajoute Philippe 
Martinez. 
    La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a prévu de 
recevoir Philipe Martinez vendredi matin, mais ce dernier a fait 
savoir qu'il était prêt à avancer le rendez-vous. 
    "Il faut être ferme sans fermeture. (...) Il ne s'agit pas 
aujourd'hui de céder aux injonctions d'une centrale syndicale", 
a recommandé Jean-Christophe Cambadélis dimanche dans le cadre 
du "Grand rendez-vous" Europe 1-Le Monde-iTELE. 
     
    "JEU DE RÔLES" 
    "La CGT doit choisir : soit elle est favorable à la 
négociation, donc on s'arrête et on négocie, soit elle est pour 
le retrait et à ce moment-là, nous sommes dans l'impasse", 
a-t-il souligné, dénonçant les "grèves tournantes" dans le pays. 
    "Nous avons passé un compromis avec la CFDT, la CFTC, 
l'Unsa, à l'époque la CGC, et la Fage. Ce compromis venait après 
une discussion sur la loi. (...) Pourquoi faudrait-il que le 
gouvernement et le Parti socialiste choisissent la CGT plutôt 
que le compromis?", a poursuivi le premier secrétaire du PS. 
    Dans un entretien au Journal du Dimanche, le secrétaire 
général de la CFDT, Laurent Berger, déplore "un jeu de rôles où 
chacun prétend montrer ses muscles". 
    Il relève en outre que "les blocages viennent de salariés et 
d'agents qui ne sont pas concernés par le projet de loi". 
    "Si un mouvement d'extrême droite avait empêché la parution 
des journaux, nous aurions été un million dans la rue à défiler 
contre le fascisme", déclare Laurent Berger. 
    La CGT avait bloqué le 26 mai dernier la parution de 
plusieurs titres de presse qui refusaient de publier une 
tribune-tract signée de Philippe Martinez contre la loi Travail. 
    "Il y a une contradiction : la CGT signe des accords 
d'entreprise, mais au niveau national est dans le refus. On 
n'est pas un syndicat quand on est dans le refus", a estimé pour 
sa part Jean-Christophe Cambadélis. 
    Les opposants à la loi Travail organise mardi un défilé 
national à Paris, sur fond de grèves à la SNCF et à Air France 
pour des revendications distinctes. 
    "La grève, ce n'est pas Martinez qui la décrète", déclare le 
secrétaire général de la CGT dans Le Parisien. 
 
 (Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant