France-Cahuzac fixé sur son sort le 8 décembre

le
0
    PARIS, 15 septembre (Reuters) - Le tribunal correctionnel de 
Paris se prononcera le 8 décembre prochain sur le sort de Jérôme 
Cahuzac, jugé depuis dix jours pour fraude fiscale, blanchiment 
et fausse déclaration de patrimoine. 
    Le Parquet national financier a requis sa condamnation à 
trois ans de prison ferme et une peine d'inéligibilité de cinq 
ans.   
    Une peine "absurde" selon l'un de ses avocats, Me Jean Veil, 
qui a souligné qu'il n'avait pas besoin d'être surveillé.  
    "Au fond, c'est un banni, c'est un exilé de force, on n'en 
veut plus dans notre collectivité", a dit Me Jean Veil. Pour 
autant, "est-ce que c'est fait pour ça la prison? Pour 
satisfaire le Parquet national financier?" 
    Devant ses juges, l'ex-ministre du Budget a reconnu la 
"vérité accablante" sur son compte caché à l'étranger, mais 
réfuté l'idée d'un "système" de fraude organisée, préférant 
parler de "fuite en avant".  
    Au premier jour de son procès, à la stupéfaction générale, 
il a assuré que son premier compte en Suisse avait vocation à 
financer de manière occulte le courant rocardien, en 1992-1993. 
 
 (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant